communiqué HPV  : vaccination des garçons aussi
Logo SFDermato-Info
Tout
sur la peau,
c'est
dermato-info !
Logo de la Société Française de Dermatologie
Accueil ACTUALITÉS ENCYCLOPÉDIE TUTOS

les infections bactériennes

À propos de cet article :

Résumé

Les infections cutanées courantes sont un motif de consultation fréquent observé en médecine générale, en pédiatrie, et en dermatologie. Elles sont le plus souvent superficielles, prédominent chez l' enfant (impétigos essentiellement) et sont le plus souvent dues au staphyloccoques doré.

On distingue :

  • les infections du follicule pilo-sébacé : folliculites et furoncles et l' anthrax (adulte)
  • et les infections cutanées épidermiques (enfant) : impétigo, le panari (autour de l' ongle) et l' abcès.

Le streptocoque pyogène et le staphylocoque doré impliqués, sont sécréteurs de toxines responsables des tableaux cliniques caractéristiques.

La prise en charge varie en fonction du caractère bénin et localisé ou des formes compliquées disséminées ou sévères, ou à risque de récidive.

Les infections bactériennes cutanées

À quoi ça ressemble ?

On distingue 3 grands types courants d' infections bactériennes courantes :

  • les infections survenant sur le follicule pilo-sébacé (le poil enchâssé par sa racine dans un sac où est rattachée les glande sébacée qui produit le sébum) : ce sont les pyodermites folliculaires.
  • les infections épidermiques : constituées essentiellement par l' impétigo.
  • l' infection du pourtour de l' ongle : le panaris.

Les pyodermites folliculaires
folliculites, furoncles, anthrax

Toutes ces infections ont en commun l' atteinte bactérienne du follicule pilo-sébacé, infections donc centrées par un poil.

Elles sont provoquées par des bactéries dites Cocci Gram + comme le Staphylocoque Aureus (SA), mais aussi certains streptocoques.

Dans 10% des cas ,il existe une variété de staphylocoque résistant à la Méticilline, dit communautaire (SARMC) très redouté, car nosocomiaux et multi résistant et présent de manière inquiétante dans certains pays.

On distingue par ordre de sévérité :

  • la folliculite qui est une atteinte superficielle du follicule pilo-sébacé .C' est la forme la plus bénigne.
  • le furoncle qui est une folliculite profonde et nécrosante et douloureuse.
  • l' anthrax qui est un agglomérat de plusieurs furoncles, toujours dû au staphylocoque Aureus (SA).

Les folliculites : elles sont superficielles

Aspect Ce sont des petits boutons rouges centrées par un poil, non douloureux.
Situation On les trouve surtout sur les cuisses, fesses, barbe.
Pourquoi ? Les folliculites sont souvent dues à une hygiène cutanée ou vestimentaire défectueuse ou à des circonstances ou des habitudes favorisant la macération.
folliculite folliculite
Folliculites

Les furoncles

Isolé ou présent en petit nombre, le furoncle correspond à la destruction du follicule pilo-sébacé par la bactérie. C' est le staphylocoque doré (auréus) qui est responsable.

  • Quel est l' aspect ?
    En quelques jours le furoncle devient douloureux rouge chaud et augmente de taille.
  • Où ?
    Sur les mêmes zones que les folliculites, mais on peut les rencontrer partout sur un membre, sur le buste, sur le visage, en particulier sur le nez au niveau de la narine.
  • Pourquoi ?
    Les frottements, les stimulations mécaniques par pression, (vêtements, certains sports),une hygiène défectueuse, un diabète ou une carence en fer, certains déficits immunitaires, portage du SA familial, sont à l' origine de ces furoncles.
  • Comment évolue un furoncle ?
    Il « murit » sous forme d' une tête blanc jaune, le bourbillon par lequel s' élimine le pus.
furoncle
Furoncle

Attention !

Il faut consulter un médecin dans les cas de :

  • fièvre,
  • de localisation autour d' un orifice (nez, anus, oreille),
  • de diabète ou d' immunodépression,
  • de traînées rouges sur la peau, de signe de lymphangite,
  • d' évolution vers un anthrax, ou de signes locaux sévères,
  • de survenue aux âges extrêmes.

L' anthrax, l' abcès

L' anthrax est un placard inflammatoire de plusieurs furoncles très douloureux : il s' agit d' une complication rare et grave d' un furoncle.
L' abcès est une collection de pus. Il se présente sous la forme d' un nodule ou d' une plaque rouge inflammatoire et très douloureux. Au bout de quelques jours, l' abcès se ramollit, confirmé par la palpation.

Dans tous les cas ,il est impératif de consulter un médecin.

Une excision et un drainage chirurgical est indispensable pour les anthrax et abcès et des mesures d' isolement sont indispensables (travail, famille).

anthrax, abcès anthrax, abcès
Anthrax, abcès

Cas particuliers

  • Furonculose chronique :
    Elle correspond à des poussées de furoncles sur un mode chronique.
    Une consultation médicale s' impose.
    Il faut en effet parfois :
    • rechercher une cause favorisante comme le diabète,
    • rechercher un portage familial ou communautaire
    • décontaminer des gîtes réservoir comme les narines, des conduits auditifs, des régions axillaires et des foyers cicatriciels.
  • Les furoncles multiples ou à risque :
    Les furoncles multiples, les furoncles avec fièvre et/ou immunosuppression, nécessitent un traitement antibiotique.
    Les antibiotiques seront prescrits pendant 7 jours.

Quelles sont les complications possibles des furoncles ?

En dehors du risque évolutif vers un anthrax,abcès ou une furonculose.
Le furoncle peut se compliquer :

  • d' une lymphangite : atteinte des vaisseaux lymphatiques, avec atteinte ganglionnaire et parfois fièvre.
  • d' une complication générale avec diffusion dans d' autres organes.
  • d' une rare et grave staphyllococcie maligne de la face.

Dans tous ces cas de complications une consultation médicale s' impose.

L' impétigo, infection épidermique

Quelles sont les bactéries responsables de l' impétigo?

L' impétigo est du au SA (staphylocoque doré) le plus souvent ou au Streptocoque pyogènes ou aux deux. En France, dans 90% des cas, l' infection est due au SA.

Comment se présente l' impétigo ?

L' impétigo se présente sous forme de petites vésicules au début, qui se rompent facilement ensuite et laissent la place à des érosions suintantes et collantes avec formation de petites croûtes couleur miel typiques.

Il existe 2 formes d' impétigos à reconnaître :

  • l' impétigo croûteux :
    Il se caractérise par des nappes rouges superficielles où les vésicules et pustules très fragiles, forment rapidement des plages squamo-croûteuses épaisses. L' auto-contamination habituelle est facilitée par le grattage ; on le trouve partout, particulièrement autour des orifices (nez, bouche mais aussi anus)
Impétigo croûteux
impétigo croûteux impétigo croûteux impétigo croûteux impétigo croûteux impétigo croûteux
Impétigo croûteux
  • L' impétigo bulleux :
    Cette forme s' explique par la sécrétion d' une toxine qui décolle la peau (exfoliatine) par la bactérie SA.
    Il s' observe surtout chez le nourrisson, en zone périnéo-fessière, mais aussi le tronc, les membres.
    Il se présente sous forme de grandes bulles molles de 1 ou plusieurs cm de diamètre, transparentes, sur des nappes rouges.Les bulles se rompent au bout de 2 à 3 jours.
    Il est très contagieux.
    Il peut compliquer une varicelle et dans ce cas se propage dangereusement sur tout le tégument.
    Bien sûr, une consultation médicale s' impose au plus vite.
impétigo bulleux
Impétigo bulleux

Où se greffe l' impétigo ?

La localisation la plus fréquente est le pourtour de la bouche mais toutes les zones de la peau peuvent être touchées.

S' il y a grattage, effraction cutanée ou dermatose sous-jacente, l' impétigo se propage vite : on parle d' impétiginisation qui survient :

  • sur les lésions d' eczéma, le prurigo,
  • sur piqûres d' insectes comme les moustiques,
  • sur piqûres de parasites comme les poux, la gale, les aoûtats.
  • sur les lésions virales comme l' herpès, la varicelle.
  • sur des plaies ou brûlures.

Ainsi, on peut le retrouver autour de la bouche (herpès impétiginisé, perlèche d' eczéma impétiginisée), des plis des oreilles (eczéma impétiginisé), sur le cuir chevelu (surinfection de piqûres d' aoûtats, poux et moustiques), n' importe où sur le corps (gale impétiginisée, plaies, varicelle surinfectée).

Qui, pourquoi et quand ?

L' impétigo se rencontre surtout chez l' enfant.
Il est très contagieux. Il est auto inoculable et responsable de petites épidémies familiales ou scolaires.
Il est très fréquent en période de saison chaude l' été, en raison des températures élevées propices à la prolifération bactérienne.

Y' a-t-il des complications ou des formes graves d' impétigo ?

  • Il existe des formes rares creusantes d' impétigo, plus fréquent au niveau des membres inférieurs. Les croûtes sont adhérentes et l' impétigo guérit et cicatrise lentement.
  • Le risque de dissémination locale sous la peau (dermo-épidermite), de lymphangite ou générales, sont possibles.
  • Les caractères de gravité nécessitant une consultation médicale urgente sont :
    • l' existence d' une fièvre,
    • un jeune enfant de moins de 6 ans,
    • un nombre important de lésions,
    • une extension rapide des lésions.

Les panaris

Comment reconnaître un panaris ?

Le panaris est une infection bactérienne au staphylocoque doré très fréquemment (SA) de la peau et du tissu sous-cutané des doigts des mains le plus souvent.
Il se situe le plus fréquemment au niveau de la dernière phalange, au niveau du pourtour de l' ongle, ou de la pulpe du doigt.

Quelle est la cause du panaris ?

Habituellement le panaris survient après une blessure, un mordillement ou arrachement des ' petites peaux'  autour de l' ongle, mais aussi suite à un corps étranger comme une écharde, une épine végétale.

Y' a-t-il un terrain propice ?

Oui, le panaris peut survenir au décours d' un diabète ou d' un déficit immunitaire.

Comment se présente un panaris ?

  • au stade initial inflammatoire, la peau devient tout d' abord rouge, chaude, augmentée de volume, et douloureuse autour de l' ongle. Sur la pulpe c' est toute la pulpe qui est gonflée et rouge chaude et bien douloureuse.
  • puis le panaris évolue vers un abcès par la formation d' une poche de pus (on parle de collection purulente), parfois surmontée d' une bulle de décollement. La douleur est lancinante.
  • ensuite il se forme un écoulement par un petit trajet (fistule), si le panaris n' a pas été incisé, ce qui est conseillé au stade d' abcès.

Quelles sont les complications ?

Les complications sont rares mais à connaître.
L' infection peut s' étendre et gagner :

  • les gaines des tendons musculaires
  • les articulations
  • les muscles
  • les os
  • la racine de l' ongle qui peut avoir pour conséquence une déformation grave de l' ongle.

Les causes des infections bactériennes cutanées

Pour appréhender les infections cutanées bactériennes, il faut bien comprendre la barrière cutanée et ses moyens de défense.

La peau sépare notre organisme du milieu extérieur. Elle héberge en permanence des micro-organismes :

  • des bactéries (corynebactéries, staphylocoques blancs).
  • des virus.
  • des parasites et des champignons.

Ces micro-organismes constituent une flore commensale qu' on appelle le microbiome, et qui nous protègent des agents infectieux indésirables.

D' autre part la peau possède d' une protection naturelle contre ces agents infectieux pathogène grâce :

  • à la protection mécanique qu' est la peau (les cellules de notre épiderme sont bien soudées entre elles)
  • à la protection chimique liée :
    • au pH proche de 5,5 peu propice à la croissance bactérienne.
    • notre sébum qui s' oppose à l' adhérence des bactéries sur la peau.
    • la présence de substances naturelles présentes sur la peau qui s' attaquent à la paroi des bactéries pathogènes.
  • à la protection biologique par :
    • la présence constante résidente du microbiome.
    • un système immunitaire défensif constitués de cellules « soldat » qui s' activent en cas de menace infectieuse.

Lorsque survient une faille dans ce système défensif, alors s' installe une infection bactérienne. (micro-plaies, modification du pH, peau trop sèche par altération de son film hydro-lipidique par exemple).

Quels examens ?

  • dans le cas d' impétigo localisé ou peu étendu : pas de prélèvement bactériologique
  • dans les formes graves d' impétigo : prélèvement bactériologique des lésions d' impétigo actives (pus, liquide de bulle).
  • dans le cas de furoncle isolé : il est inutile de proposer de prélèvement bactériologique.
  • dans le cas de furoncle compliqué : prélèvement bactériologique du pus avant antibiothérapie.
  • dans le cas d' abcès ou de panaris : prélèvement bactériologique du pus de l' abcès

Les traitements des infections bactériennes cutanées

Dans tous les cas, quand il est nécessaire le traitement antibiotique par voie orale ne devra pas dépasser 7 jours.

Quel est le traitement de l' impétigo ?

L' impétigo se traite localement.

Il faut :
  • ramollir les croûtes pour une bonne détersion des lésions à l' aide de vaseline par exemple puis à l' aide d' antiseptiques.
  • traiter avec une crème antibiotique pendant 5 jours (Acide Fucidique, Mupirocine), ces 2 antibiotiques ont une efficacité semblable sur l' impétigo à SA. IL ne faut pas couvrir les lésions par des pansements occlusifs en raison du risque de macération.
  • des mesures d' hygiène afin d' éviter la contagion et l' autoinoculation : lavage fréquent des mains et brossage des ongles coupés court, vêtement de corps changés quotidiennement, parfois éviction scolaire.

Traitement des formes graves de l' impétigo de l'' adulte (sans attendre les résultats de prélèvement bactériologiques) :

  • pristinamycine per os : 1g x 3 /jour 7 jours.
  • céfalexine per os : 2 à 4 g/jour 7 jours.
  • à réévaluer en fonction des résultats des prélèvements bactériologiques.

Traitement des formes graves de l' impétigo de l' enfant (sans attendre les résultats de prélèvement bactériologiques) :

  • amoxicilline/acide clavulanique : 80 mg/kg/ jour 7jours.
  • céfadroxil :100 mg/kg/ jour 7 jours.
  • à réévaluer en fonction des résultats des prélèvements bactériologiques.

Quelles sont les mesures préventives d' éviction ?

3 jours d' éviction après le début du traitement (avec isolement des lésions contaminantes)

En cas d' impétiginisation (infection bactérienne d' une dermatose préexistante comme la pédiculose du cuir chevelu, la gale, la varicelle, le prurigo ou la dermatite atopique), le traitement est celui de la dermatose sous-jacente en plus du traitement antibiotique (local ou général) de l' impétigo.
Il n' est pas recommandé en France de faire un dépistage systématique de glomérulonéphrite aiguë post-streptococcique (complication exceptionnelle) dans les suites d' un impétigo.

Quel est le traitement de la folliculite ?

Le savonnage méticuleux à la douche, le port de vêtements de corps propres tous les jours, de vêtements non serrés (comme les jeans par exemple), l' application d' antiseptiques moussants ou non moussants (à base de chlorhexedine, hexamidine, povidone iodée) localement suffisent.

Il existe un cas particulier de folliculites à Pseudomonas aeruginosa se contractant dans les saunas, piscines, jacuzzi, parcs aquatiques, des combinaisons de plongée mal décontaminés. Elles apparaissent alors rapidement et disparaissent en quelques jours sauf si le patient a un terrain fragilisé.

Quel est le traitement du panaris ?

Avant le stade de l' abcès, le médecin prescrira :

  • des bains antiseptiques du doigt répétés dans la journée.
  • des antibiotiques en cas de diabète connu ou terrain immunodéprimé .
  • du Paracetamol ou Aspirine contre la douleur.

Au stade de l' abcès :

A ce stade un acte chirurgical d' incision de l' abcès est recommandé.
Il s' agit d' une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie parfois générale.
Les soins après l' intervention consistent à des soins antiseptiques et des pansements quotidiens jusqu' à cicatrisation c' est à dire 1 à 2 semaines.

Dans tous les cas, le vaccin du tétanos doit être à jour.

Les antibiotiques sont prescrits dans les situations à risque comme le diabète, les patients immunodéprimés ou sous immunosuppresseurs, et les porteurs de valves cardiaques :

  • clindamycine per os/IV : 1,8 g/jour en 3 prises et jusqu' à 2,4 g/jour si poids > 100 kg 5 jours
  • pristinamycine per os : 1g x 3 /jour 5 jours
  • oxacilline ou cloxacilline IV :6 à 12 g/jour 5 jours
  • cefazoline IV :3 à 6 g/ jour 5 jours

Quel est le traitement des furoncles compliqués ou furonculose ?

Le traitement dépend de l' état de santé du patient (diabète, déficit immunitaire, traitements immunosuppresseurs) et du nombre et de la localisation du ou des furoncles.
Il comprend immanquablement :

  • Une toilette quotidienne du corps méticuleuse avec antiseptiques moussants.
  • Un lavage du linge qui a été en contact avec le furoncle à haute température.
  • Un lavage fréquent des mains (surtout après contact avec un furoncle) et ports d' ongles coupés courts .
  • La protection et l' isolement des furoncles par des pansements non occlusifs.
  • L' application de compresses humides et chaudes pendant 10 min plusieurs fois par jour. Mais il est interdit de manipuler un furoncle de la face.
  • L' application d' antiseptiques 3 ou 4 fois par jour.

Il peut être prescrit un antibiotique local (acide fucidique crème ou pommade, mupirocine pommade à 2%), et par voie orale :

  • Clindamycine : 1,8 g/jour en 3 prises et jusqu' à 2,4 g/jour si poids > 100 kg 5jours (7 jours si furonculose).
  • Pristinamycine : 1 g x 3/jour 5 jours (7 jours si furonculose).

Il est nécessaire de pratiquer un prélèvement bactériologique d' un furoncle avant traitement d' une furonculose.
Il faut dépister le portage de Staphyloccoque Aureus au niveau des gîtes bactériens (nez, gorge, anus, périnée) : après échec d' une première décolonisation des gîtes bactériens.

Quel est le traitement de l' abcès ?

Le traitement est à la fois médical et chirurgical :

  • Traitement chirurgical : incision/drainage chirurgical
  • Traitement médical : antibiothérapie pendant 5 jours :
    • clindamycine per os/IV : 1,8 g/jour en 3 prises et jusqu' à 2,4 g/jour si poids > 100 kg 5 jours
    • pristinamycine per os : 1g x 3/jour, 5 jours
    • oxacilline ou cloxacilline IV : 6 à 12 g/jour 5 jours
    • cefazoline IV : 3 à 6 g/jour 5 jours

Il est nécessaire de suivre strictement les mesures d' hygiène.

L’essentiel à retenir

Les infections bactériennes

  • ces infections cutanées courantes sont le plus souvent superficielles et bénignes, mais peuvent se compliquer d' atteintes profondes ou disséminées, qu' il faut parfois redouter.
  • dans les formes compliquées, il est alors nécessaire de pratiquer des prélèvements bactériologiques, et de traiter par antibiotique par voie orale, sans toutefois dépasser 7 jours.
  • le traitement chirurgical est dans certains cas inévitable (anthrax, abcès, panaris).
  • les mesures d' hygiène sont systématiquement associées au traitement, et les facteurs d' aggravation ainsi que le terrain favorisant sont important à identifier.

La SFD soutient des projets de recherche

dans cette thématique

Les projets de recherche

Actualité

Les communiqués SFD

  • Cet article vous-a-t-il été utile ?

Votre avis compte !

Cet avis ne sera pas diffusé sur ce site, mais uniquement transmis à notre comité rédactionnel.
Votre email ne sera utilisé que pour vous répondre uniquement si le comité le juge nécessaire.
Aucune demande d’avis médical ne sera répondue via ce formulaire, consultez un dermatologue.

Partenaires institutionnels