communiqué HPV  : vaccination des garçons aussi
Logo SFDermato-Info
Tout
sur la peau,
c'est
dermato-info !
Logo de la Société Française de Dermatologie
Accueil ACTUALITÉS ENCYCLOPÉDIE TUTOS

les photosensibilisants

soleil, bronzage, risque

À propos de cet article :

Résumé

En période pré-estivale, des liaisons parfois dangereuses !

Une réaction anormale de la peau au soleil, d'origine médicamenteuse.

S'il est classique de s'exposer à des coups de soleils plus ou moins violents en fonction de son type de peau (carnation) - les peaux claires étant beaucoup plus sensibles que les peaux mattes - certains médicaments qu'ils soient absorbés sous forme orale ou appliqués localement (pommade, crème, lotions…), déclenchent une réaction allergique sous l'influence de la stimulation des rayons ultraviolets (UV).

Principes des photosensibilisants

La phototoxicité

Elle est dûe aux priorpiétés chimiques propres du médicament. Elle déclenche en quelques heures une rougeur cutanée douloureuse de type « coup de soleil violent ». Parfois accompagnée de véritables bulles, elle est exagérée et sans proportion avec la durée et l'intensité de l'exposition.

Sa sévérité dépends à la fois de l'intensité de l'exposition et de la quantité de médicament absorbé. Elle disparaît en règle générale progressivement à l'arrêt du médicament et/ou de l'exposition.

Cabine UV

Cabine à UV danger !

Le « soleil artificiel » provoque lui aussi ces mêmes réactions !

La photoallergie

Comme son nom l'indique cette réaction est de type allergique. Son seul point commun avec la réaction phototoxique précédente est la nécessité de l'exposition solaire comme facteur déclenchant indispensable.
Seules certaines personnes seront prédisposées à cette réaction qui nécessite de s'être préalablement sensibilisé au médicament.

Lors d'un contact initial, la sensibilisation à un médicament se fera progressivement dans un délai classique de 7 jours. Une fois cette première réaction déclenchée, toute réexposition sous le même traitement déclenchera immédiatement une réaction allergique cutanée qui ressemble à de l'eczema ou de l'urticaire.
Les régions exposées mais également les régions non exposées à la lumière peuvent être touchées et la régression des manifestations est beaucoup plus lente.

Le Bio pas toujours inoffensif !

Les premiers photosensibilisants connus sont des extraits végétaux : le persil, le céleri, le citron, figue, artichaut, laitue, dahlia, chrysanthème… hors beaucoup sont contenus dans des cosmétiques ou des huiles essentielles, ou des parfums…

Ne soyez pas étonné que votre dermatologue cherche le premier coupable dans votre salle de bains !

Comment se protéger des risques ?

La prévention reste encore le meilleur moyen de se protéger des sensibilisations médicamenteuses. Le risque potentiel d'une molécule photosensibilisante doit être évaluée au cas par cas en évaluant le rapport bénéfice/risque.

Certaines molécules étant indispensables, elles ne peuvent être interrompues et le patient doit alors éviter tout contact direct avec le soleil : le port d'une protection vestimentaire anti-uv. et appliquer rigoureusement une crème solaire de fort indice.

Il peut même être nécessaire de recourrir à un traitement anti-allergique.

ATTENTION

La réaction n'étant pas systématiquement obligatoire, la décision de poursuivre ou d'interrompre une médication à risque de photosensibilisation doit s'évaluer au cas par cas lors de la consultation spécialisée.

Bien sûr si le traitement n'est pas indispensable il est sans doute préférable de l'interrompre.

  • Cet article vous-a-t-il été utile ?

Votre avis compte !

Cet avis ne sera pas diffusé sur ce site, mais uniquement transmis à notre comité rédactionnel.
Votre email ne sera utilisé que pour vous répondre uniquement si le comité le juge nécessaire.
Aucune demande d’avis médical ne sera répondue via ce formulaire, consultez un dermatologue.

Partenaires institutionnels