communiqué HPV  : vaccination des garçons aussi
Logo SFDermato-Info
Tout
sur la peau,
c'est
dermato-info !
Logo de la Société Française de Dermatologie
Accueil ACTUALITÉS ENCYCLOPÉDIE TUTOS

la varicelle

une maladie très contagieuse (virus VZV)

À propos de cet article :

Résumé

La varicelle est une maladie très contagieuse due au virus VZV (Varicelle-Zona Virus).

Elle est considérée comme une maladie éruptive bénigne dans la majorité des cas, mais elle peut être responsable de complications graves.

Elle est particulièrement dangereuse pour la femme enceinte, le nouveau-né et l' immunodéprimé.

Cette maladie est très prurigineuse, pouvant provoquer une surinfection et des cicatrices.

La vaccination n' est pas au calendrier obligatoire en France mais proposée à des situations particulières.

la varicelle, à quoi ça ressemble ?

Comprendre

Classiquement

Les premiers signes sont généralement discrets : fièvre modérée, céphalées (mal de tête) puis apparition des premières macules (lésions en forme de lentille) rosées prurigineuses, rapidement surmontées par une vésicule (petite cloque). On parle parfois de goutte de rosée.

Dans les 24 heures, le contenu de la vésicule devient opaque, puis en 2 à 3 jours, elle s' affaisse en son centre, on parle d' ombilication. Il se forme ensuite une croûte qui tombe en une semaine.

varicelle ombilication varicelle ombilication varicelle ombilication
Varicelle, ombilication

L' éruption débute généralement par le tronc, au cuir chevelu puis s' étend au visage et aux membres.

varicelle aisselle
Varicelle, aisselle

Les muqueuses génitales et buccales ne sont pas épargnées, atteintes par des petites érosions ressemblant à des aphtes.

varicelle génitale varicelle buccale
Varicelle, muqueuse buccale

Les lésions sont souvent nombreuses et de stades différents, puisque les lésions s' étendent par plusieurs poussées.

varicelle, poussée successive
Varicelle, poussées successives

La guérison est obtenue en une douzaine de jours avec parfois des cicatrices.

Le virus persiste alors dans un ganglion sensitif cutané, et lors d' une baisse de vigilance immunitaire, se réactive sous la présentation zona

varicelle zona
La présentation « zona »

Les causes de la varicelle

Le virus de la varicelle et du zona (VZV)

C'est un virus à ADN de la famille des herpes viridae. La varicelle correspond à la phase clinique de primo infection par ce virus et le zona correspond à la réactivation de ce virus, qui est resté latent dans les ganglions sensitifs cutanés.

L' incubation (temps entre la contamination et les premières manifestations de la maladie) est de 14 jours. L' incidence de la maladie est plus fréquente au printemps. La transmission se fait surtout par voie aérienne via la pénétration du virus par les muqueuses des voies respiratoires, de la conjonctive et de l' oropharynx. Cette contagion débute deux jours avant le début de l' éruption. La maladie n' est plus contagieuse quand il n' y a plus de vésicule. Les croûtes ne sont pas contagieuses.

Selon le terrain

La varicelle touche essentiellement l' enfant. Elle est exceptionnelle avant l' âge de 6 mois car le nourrisson est protégé par les anticorps maternels (si la mère a déjà eu la varicelle).

Chez l' adulte

La varicelle est généralement profuse même chez un sujet ayant une bonne immunité.

Chez un patient immunodéprimé
(greffé, infection par le VIH, chimiothérapie…)

Elle peut être catastrophique, avec des formes hémorragiques et nécrotiques, associée à des atteintes viscérales.

Chez un patient porteur d' une dermatite atopique

L' apparition des lésions sur les plaques d' eczéma peut parfois être trompeuse. Il s' agit d' une forme grave appelée syndrome de Kaposi Juliusberg et qui correspond à une dissémination massive du virus, qui doit conduire à l' hospitalisation. Sur ce terrain d' eczéma, la surinfection bactérienne (impétiginisation) est plus fréquente.

Chez la femme enceinte

  • si elle survient avant la 20èmesemaine d' aménorrhée, il existe un risque rare (2% des varicelles maternelles) de malformations osseuses, oculaires et neurologiques. On parle de varicelle congénitale. L' enfant peut naitre avec des cicatrices ou des bulles. Une surveillance échographique obstétricale accrue est alors proposée.
  • si elle est contractée entre la 21ème et la 38èmesemaine, la varicelle semble sans gravité pour l' enfant. Cependant, l' enfant peut faire un zona dans les mois ou années qui suivent sa naissance, sans avoir cette notion de varicelle.
  • par contre, le risque est de nouveau augmenté si la mère contracte la varicelle 8 jours avant accouchement et jusqu' à 2 jours après l' accouchement. L' enfant fera alors une varicelle néonatale (dès la naissance) qui peut être gravissime : 20% à 30% de décès par choc septique et atteinte multiviscérale, car il n' aura aucune protection immunitaire.

Les complications

  • La surinfection cutanée (3 à 5% des cas) des lésions de varicelle, le plus souvent à staphylocoque doré et parfois à streptocoque A, peuvent être à l' origine d' infections plus graves (érysipèle, fasciite nécrosante, purpura fulminans, choc septique). On doit les suspecter devant l' apparition d' une fièvre élevée.
  • Les cicatrices peuvent persister d' autant que la lésion a été grattée et s' est surinfectée. Elle peut être pigmentée ou hypochromique (blanche), en creux ou en relief (chéloïdienne). Il ne faut surtout pas les exposer au soleil, notamment pour éviter la pigmentation.
Varicelle, cicatrices pigmentées
Cicatrices pigmentées
Varicelle, cicatrices hypochromiques
Cicatrices hypochromiques
Varicelle, cicatrices chéloïdiennes
Cicatrices chéloïdiennes
Varicelle, cicatrices en creux, encore inflammatoires
Cicatrices en creux, encore inflammatoires
  • L' atteinte pulmonaire qui survient dès la première semaine se manifeste par une toux, une dyspnée (essoufflement) et peut s' aggraver jusqu' à une hémoptysie (crachat avec du sang) et la détresse respiratoire. Cette pneumopathie varicelleuse est assez fréquente chez l' adulte et très grave chez le nourrisson. Le risque et la gravité sont majorés en cas de tabagisme. Il y a un risque de mortalité de 30% des cas.
  • Les manifestations neurologiques peuvent être liées soit à la fièvre (convulsions), soit à l' atteinte cérébrale directe laissant généralement de lourdes séquelles. Il existe une forme particulière favorisée par la prise d' aspirine appelée le syndrome de Reye. Il associe une atteinte cérébrale mortelle dans 80% des cas et une atteinte hépatique. C' est pourquoi la prise d' aspirine est contre indiquée en cas de varicelle.
  • D' autres organes peuvent être atteints, surtout chez le sujet immunodéprimé.

Quels examens pour la varicelle ?

Le diagnostic est habituellement clinique.

En cas de doute sur des terrains particuliers on peut demander une PCR du virus VZV.

La sérologie ne se modifie que tardivement donc n' a pas d' intérêt dans le dépistage de la varicelle. Par contre, elle est réalisée avant certains traitements, pour connaître le statut immunitaire, car si elle est négative, il est proposé une vaccination. De même lors du contact d' une femme enceinte auprès d' un patient varicelleux lorsque son statut immunitaire n' est pas connu.

Une radiographie pulmonaire sera proposée en cas de toux importante.

Les traitements de la varicelle

Traitement général

  • Paracétamol en cas de fièvre.

    L' aspirine (risque syndrome de Reye) et les AINS (risque majoré de surinfection) sont interdits.

  • Pour prévenir les lésions de grattage, il sera proposé des antihistaminiques oraux.
  • Antibiothérapie orale en cas de surinfection

L' aciclovir

Il est utilisé uniquement en voie intraveineuse dans :

  • la varicelle chez la femme enceinte dont l' éruption survient dans les 8 à 10 jours avant l' accouchement,
  • la varicelle du nouveau-né de 0 à 28 jours,
  • chez le nouveau-né avant l' éruption lorsque la mère a débuté une varicelle dans les 5 jours précédant ou les 2 jours suivant l' accouchement,
  • les formes graves de la varicelle de l' enfant de moins de 1 an,
  • la varicelle compliquée, en particulier de pneumopathie ou d' encéphalopathie.
  • chez le sujet immunodéprimé.

Les immunoglobulines

En cas de contact chez un sujet non vacciné à risque de complications graves (varicelle néonatale, patient immunodéprimé), on peut faire des immunoglobulines anti-VZV dans les 96 heures suivant le contact. Elles limiteraient seulement les complications graves.

La vaccination

Il n' y a pas de recommandation générale de vaccination en France. Elle est contre indiquée chez la femme enceinte.

Sont essentiellement concernés :

  • les adolescents de 12 à 18 ans ;
  • les femmes en âge de procréer, et d' autant plus celles ayant un projet de grossesse ;
  • les femmes dans les suites d' une 1ère grossesse, sous contraception efficace ;
  • les adultes dans l' entourage proche d' une personne atteinte de varicelle (dans les trois jours suivant l' exposition) ;
  • les enfants en attente d' une greffe d' organe ;
  • toute personne non immunisée en contact étroit avec des personnes immunodéprimées.

Éviction des collectivités

Bien que l' éviction ne soit pas obligatoire jusqu' à guérison clinique (disparition des croûtes), la fréquentation d' une collectivité n' est pas souhaitable à la phase aiguë de la maladie. Informer le personnel et les familles de la présence de cas dans la collectivité. Les enfants immunodéprimés, femmes enceintes et adultes n' ayant pas eu la maladie (sérologie négative) doivent consulter rapidement un médecin s' ils ont été en contact avec le malade.
L' isolement est nécessaire si le patient fréquente une collectivité fermée incluant des personnes à risques.

Conseils pour la varicelle

Soins locaux

  • n'appliquer aucun produit sur la peau (talc, crème, pommade ou gel) contenant antibiotique, antiviral, antiprurigineux ou anesthésiques. Ces produits sont fortement soupçonnés de favoriser la surinfection des lésions cutanées en raison de leur caractère occlusif et de retarder le diagnostic des lésions surinfectées qui seraient « masquées » par le produit
  • donner des douches quotidiennes ou biquotidiennes à l'eau tiède avec un soin lavant dermatologique (surgras, syndet, huile de douche).
  • éviter le bain
  • désinfection de la peau : application une fois par jour d’un antiseptique, type Chlorhexidine aqueuse. Rincer à l’eau après application
  • les crèmes cicatrisantes contenant du sulfate de cuivre et sulfate de zinc évitent la formation de croûtes importantes, donc limitent les cicatrices et la surinfection
  • penser à couper les ongles courts (gants éventuellement)
  • penser à appliquer un écran solaire pour éviter la pigmentation des cicatrices

L’essentiel à retenir

La varicelle c’est :

  • une maladie très contagieuse pas toujours bénigne.
  • particulièrement dangereuse pour la femme enceinte non immunisée, le nouveau né et l’immunodéprimé
  • La toux et la fièvre élevée doivent faire craindre des complications
  • L’aspirine et les anti inflammatoires sont interdits !
  • L’éviction des collectivités n’est pas obligatoire mais raisonnée
  • Le vaccin n’est pas obligatoire et proposé à des situations particulières.

Références

Références

  • Cet article vous-a-t-il été utile ?

Votre avis compte !

Cet avis ne sera pas diffusé sur ce site, mais uniquement transmis à notre comité rédactionnel.
Votre email ne sera utilisé que pour vous répondre uniquement si le comité le juge nécessaire.
Aucune demande d’avis médical ne sera répondue via ce formulaire, consultez un dermatologue.

Partenaires institutionnels