SHA et soleil  : ce que vous devez savoir
Logo SFDermato-Info
Tout
sur la peau,
c'est
dermato-info !
Logo de la Société Française de Dermatologie
Accueil ACTUALITÉS ENCYCLOPÉDIE TUTOS

VIH / SIDA

et dermatologie

À propos de cet article :

Résumé

  • VIH = Virus de l'Immunodéficience Humaine
  • SIDA = Syndrome de l'ImmunoDéficience Acquise

Quels sont les symptômes ?

En dermato.

Les symptômes évoluent sur 4 phases

  • 1 :
    La 1ère phase dite de primo-infection survient dans les semaines qui suivent la contamination. Elle est caractérisée par de la fièvre, des maux de tête, des maux de gorge, des rougeurs sur la peau, de la fatigue et des douleurs musculaires.
  • 2 :
    La 2nde phase est l'infection asymptomatique. La personne peut vivre des années sans subir aucun symptôme. Ne se sachant pas malade, elle est alors largement susceptible de transmettre le virus. On parle de séroconversion lorsque l'individu séronégatif qui est porteur du virus sans l'avoir développé devient séropositif.
  • 3 :
    L'individu confronté à la 3ème phase soit celle du SIDA ou infection symptomatique est atteint de diarrhées, de gonflement des ganglions, de perte de poids, de sueur nocturne, de fièvre, de toux et d'infections de la peau.
  • 4 :
    La 4ème et dernière phase voit le nombre de lymphocytes T diminuer considérablement. Les symptômes cités précédemment s'accentuent. Le malade largement diminué et fragilisé est alors touché par des infections dites opportunistes car elles sont inoffensives ou peu graves chez les personnes non contaminées, mais aussi des cancers et une perte de poids parfois extrême.

Transmission

Fonctionnement et modes

Comment ça marche ?

C'est le VIH qui peut causer la maladie mortelle qu'est le SIDA.

Le SIDA affaiblit le système immunitaire qui nous protège contre les maladies. La moindre infection devient dangereuse puisque les défenses naturelles du corps ne fonctionnent plus. Le malade du SIDA peut ainsi mourir d'une simple grippe tellement il est rendu vulnérable aux agressions extérieures.

Pour se propager, le virus du SIDA utilise les cellules (lymphocytes) T CD4 en charge du système immunitaire. Lorsqu'il prend le contrôle d'une cellule elle est endommagée voir totalement détruite.

Modes de transmission

  • Transmission par les liquides corporels (sang, sperme, sécrétions vaginales, lait maternel) en contact avec une muqueuse. Le contact avec la peau est sans danger à moins d'une lésion qui pourrait laisser entrer le virus.
  • Transmission possible lors de rapports sexuels non protégés, pendant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement de la mère à l'enfant. L'usage de matériel d'injection réutilisé et la transfusion sanguine sont également des pratiques à risque.

Notions importantes

à propos des traitements

Aujourd'hui on ne peut pas guérir du SIDA cependant la trithérapie permet de limiter la prolifération du virus dans l'organisme et donc de maintenir un système immunitaire à peu près stable.

Ce traitement lourd à base de molécules antirétrovirales peut provoquer nausées, vomissements, fatigue, fièvre, diarrhées, réactions cutanées et perte d'appétit.

On utilise plusieurs antiviraux en même temps pour éviter que le virus devienne résistant à l'un d'entre eux.

Conseils du dermatologue

Pour se protéger du SIDA

Pour se protéger du SIDA, le préservatif est indispensable pendant les rapports sexuels. Il faut éviter les rapports traumatiques qui peuvent causer des blessures et donc offrir une porte d'entrée au virus.

Il faut également utiliser du matériel d'injection à usage unique. Dans ce but les associations de prévention distribuent des préservatifs et des seringues stériles.

Un dépistage fréquent

Pensez à vous faire dépister régulièrement grâce au test classique : une prise de sang trois mois après la prise de risque. De nouveaux tests permettent des résultats 4 à 6 semaines après la prise de risque même s'il reste conseillé de procéder au test classique pour confirmation. De nouveaux tests à résultats rapides (prélèvement de sang par piqûre au bout du doigt ou prélèvement de salive) offrent un diagnostic dans la demi-heure qui suit. Il faut toujours attendre 3 mois après la prise de risque et le résultat devra être confirmé par test classique également.

La SFD soutient des projets de recherche

dans cette thématique

Les projets de recherche

Asso. de patients et soutien

Faîtes-vous connaître, aucune asso de patient n'est référencée pour cette affection sur notre site !

Actualité

Les brèves

  • Cet article vous-a-t-il été utile ?

Votre avis compte !

Cet avis ne sera pas diffusé sur ce site, mais uniquement transmis à notre comité rédactionnel.
Votre email ne sera utilisé que pour vous répondre uniquement si le comité le juge nécessaire.
Aucune demande d’avis médical ne sera répondue via ce formulaire, consultez un dermatologue.

Partenaires institutionnels