SHA et soleil  : ce que vous devez savoir
Logo SFDermato-Info
Tout
sur la peau,
c'est
dermato-info !
Logo de la Société Française de Dermatologie
Accueil ACTUALITÉS ENCYCLOPÉDIE TUTOS

angiokératomes du scrotum

À propos de cet article :

Qu’est-ce-que c’est ?

Fiche info patient

Angiokératomes du scrotum, visuel
Angiokératomes du scrotum

Que sont les angiokératomes ?

Les angiokératomes correspondent à de petites élevures rouge-violacées situées sur le scrotum, plus rarement sur la peau du pénis ou sur le gland. Ils apparaissent le plus souvent après l’âge de 30 ans et ne provoquent habituellement aucun symptôme. Il ne s’agit pas d’une véritable maladie.

Quelle est la cause des angiokératomes? est-ce contagieux ?

La cause des angiokératomes n’est pas connue. Ils ne sont pas liés à un défaut d’hygiène et ne constituent pas une maladie contagieuse sexuellement transmissible.

Comment fait-on le diagnostic ?

Les angiokératomes sont le plus souvent diagnostiqués par le dermatologue sur le simple aspect du scrotum

Avec quelles maladies ce diagnostic peut-il être confondu ?

Rarement, l’aspect visuel ou la localisation des angiokératomes est inhabituel. Ils doivent alors être distinguées par le dermatologue de maladies génitales touchant les vaisseaux du scrotum (angiomes, …). Exceptionnellement, le dermatologue évoquera une maladie génétique, la maladie de Fabry, lorsque les angiokératomes sont particulièrement nombreux et localisés au-delà du scrotum (abdomen, cuisses, …).

Quelle est l’évolution naturelle des angiokératomes ?

Les angiokératomes ont tendance à augmenter en vieillissant.

Faut-il traiter les angiokératomes ?

Les angiokératomes ne constituent pas une maladie, aucun traitement n’est donc nécessaire.

ils ne gênent pas la vie sexuelle et ne sont habituellement pas remarqués par les partenaires.

cependant, certains hommes sont gênés d’un point de vue esthétique et sont demandeurs d’un traitement. Il est possible d’obtenir une diminution plus qu’une disparition complète des angiokératomes, en des détruisant par la chaleur (bistouri électrique ou laser), ou par le froid (azote liquide). Ils peuvent cependant récidiver après le traitement.

Logo du Groupe MAG de la SFD

Partenaires institutionnels