dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • L'Actualité

    LA GALE SÉVERE (gale profuse et gale hyperkératosique)

    Essai thérapeutique ivermectine 200µg/kg versus 400 µg/kg dans la gale sévère.

    La gale est une maladie infectieuse dont il existe des formes sévères (gale profuse et gale hyperkératosique) avec un risque de contagiosité majeur. Il n’existe pas à ce jour de traitement validé pour ces formes sévères qui peuvent entraîner des épidémies, parfois de longue durée, et des hospitalisations prolongées chez les patients atteints. La perméthrine à 5% en crème et l’ivermectine orale sont des traitements anti parasitaires utilisés dans le traitement de la gale commune.

    Cependant, le schéma thérapeutique (dose, nombre de prises) dans les formes sévères n’est pas validé, est long, difficile et parfois associé à des échecs.

    Nous avons mis en place une étude qui vise à comparer l’association de la perméthrine à 5% en association avec deux doses d’ivermectine dans les formes de gale sévère (soit la dose classique 200 µg/kg soit une double dose 400 µg/kg*). Cette étude se déroule dans 44 centres en France et projette d’inclure 130 patients.

    Les patients inclus sont des patients adultes qui présentent une forme sévère de gale, diagnostiquée à l’examen clinique et par un examen (dermoscopie ou prélèvement parasitologique). Les patients peuvent être traités chez eux ou être hospitalisés en fonction de leur état clinique. Les traitements (perméthrine et ivermectine) sont administrés trois fois à 7 jours d’intervalle.

    Cette étude est financée par le PHRC national ; son objectif est de définir un traitement efficace dans les gales sévères et ainsi de réduire les risques d’épidémies et de morbi-mortalité.

    Plus vite l’essai sera terminé, plus vite nous saurons si un nouveau traitement de la gale sévère sera possible et utilisable chez tous les patients en France et dans le monde. Nous avons besoin du concours de chacun, médecins, soignants, patients.

    *dose de 400 µg/kg d’ivermectine déjà utilisée dans un essai thérapeutique chez des enfants atteints de pédiculose du cuir chevelu résistante (publié en 2010 dans le New England Journal of Medicine) [Chosidow O, Giraudeau B, Cottrell J, et al. Oral ivermectin versus malathion lotion for difficult-totreat head lice.N Engl J Med. 2010;362:896-905].

    Inscription à l'étude

    PASCAL JOLY, PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE DERMATOLOGIE, SOUTIENT SOUS L'ÉCORCE !

    La SFD soutient "Sous l'écorce" un film d’Ève-Chems de Brouwer. Il ne reste plus que 7 jours avant la fin de la collecte sur KissKissBankBank (soutenir ici) avant de pouvoir terminer le film et plus que 2 500 € à rassembler.
    Pascal Joly, président de la SFD "Au cœur de Sous l’écorce, il y a Garance, jeune fille de vingt ans atteinte de la pelade, pathologie méconnue touchant près de 2% de la population et qui provoque une perte de cheveux soudaine et rapide. Amputée d’une part de sa féminité, Garance se sent prisonnière d’un corps qu’elle n’assume plus."

    Voir la vidéo

    Risque de méningiome dans le traitement de l'acné par Acétate de cyprotérone

    Les résultats d'une étude d'impact récente de pharmacologie (250.000 patientes traitées suivies) ont mis en évidence que le risque de méningiome - tumeur des enveloppes du cerveau et de la moelle épinière - augmente en fonction de la durée d'utilisation, de la quantité administrée et de l'âge de la patiente. En dermatologie ce traitement est notamment utilisé pour combattre l'acné.


    …/…

    Lire le communiqué

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Le dépistage des cancers de la peau, un enjeu de santé publique non mercantile

    En savoir+

    Hidradénite suppurée, donnez de votre temps pour la recherche !

    Il existe souvent un retard de diagnostic de 8 ans en moyenne après les premiers signes.

    En savoir +

    ASSOCIATION FRANÇAISE DE L’ECZÉMA

    logo afeczéma Ne manquez pas la journée de l'eczéma, inscrivez-vous ! C'est le 09 juin 2018 à Paris, Bordeaux et Lyon !

    En savoir+

    TRIBUNE

    Pr Pascal JOLY, Président de la SFD
    Réputé l'un des meilleurs du monde, le système de santé français repose sur un principe majeur: l'égalité d'accès aux soins pour tous les citoyens. Cette volonté affichée pourrait se révéler difficile à mettre en pratique en raison du décalage entre le coût des avancées thérapeutiques issues d'une recherche innovante et les ressources allouées pour la prise en charge des patients concernés. Les malades sont-ils confrontés à une perte de chance conipte tenu d'un accès retardé à certaines innovations thérapeutiques en France par rapport à d'autres pays européens ?
    …/…

    Lire la suite

    OBLIGATION VACCINALE

    Les onze vaccins de l’enfant qui deviendront obligatoires le 1er janvier 2018 sont indispensables :
    ils ne sont pas nouveaux. Dans le calendrier vaccinal en vigueur auparavant, trois étaient déjà obligatoires et huit fortement recommandés . 70 à 90 % des enfants étaient déjà vaccinés, mais c’est insuffisant. Une proportion, certes minoritaire, des enfants n’est pas protégée et met aussi en danger les autres, en particulier dans les collectivités. La plupart de ces vaccins protègent également de façon indirecte les sujets fragiles, les malades, les sujets âgés et les nourrissons trop petits pour avoir déjà reçu leurs propres vaccins. C’est parce que la vaccination est insuffisante que la France fait aujourd’hui partie des 6 derniers pays d’Europe à voir encore la rougeole circuler sur son territoire.

    …/…

    Lire la suite

    VRAI FAUX URTICAIRE CHRONIQUE

    Connaissez-vous le vrai/faux des propositions suivantes ?! :
    - elle est allergique
    - elle dure toute la vie
    - elle expose au risque de choc ou d’asphyxie
    - elle nécessite un régime alimentaire
    - la cortisone est utile dans son traitement
    - elle est due au stress
    - certains médicaments peuvent l'aggraver

    Télécharger les réponses

    Protection solaire :
    Note d'information aux patients sur les photoprotecteurs externes chez l'enfant
    MISE AU POINT

    La Société Française de Dermatologie (SFD) et la Société Française de Photodermatologie, Groupe thématique de la SFD ont pris connaissance de l’article paru dans la revue QUE CHOISIR (juillet/août 2016) le mardi 5 juillet sur « les crèmes solaires pour enfants ».

    Lire le communiqué

    Lasers & naevus :
    DES PRÉCAUTIONS À PRENDRE !

    La SFD vous invite à consulter sa note d'information sur certains actes esthétiques, notamment les actes lasers vis-à-vis d'éventuels nӕvus (grains de beauté).

    Communiqué en PDF

    AUGMENTATION ALARMANTE DES ALLERGIES AUX CONSERVATEURS

    Crèmes, shampooing, liquide vaisselle…
    Les dermatologues s’alarment de la hausse des cas d’allergie aux conservateurs présents dans les produits du quotidien. Les bébés sont les plus touchés.

    [Fréquence Médicale,
    www.frequencemedicale.com/]

    ECOUTER

    L'ALLERGIE À L'IODE N'EXISTE PAS

    Nous mangeons du sel iodé tous les jours et nous n’avons aucune réaction allergique.
    Plusieurs produits contenant de l’iode peuvent induire une allergie. Pour autant, cette allergie n’est pas dûe à l’iode !
    - Vous avez fait une réaction allergique à un produit de contraste iodé (PCI) radiologique (scanner): cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais à une autre molécule chimique du PCI.
    - Vous avez fait une réaction allergique à un antiseptique iodé : cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais à une autre molécule chimique appelée povidone.
    - Vous avez fait une réaction allergique à des poissons ou à des fruits de mer : cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais aux protéines de ces animaux.

    [Fabien PELLETIER, François AUBIN, Martine VIGAN, Service de Dermatologie, CHU de Besançon]

    En savoir +

    VARICELLES : RECOMMANDATIONS

    Mettez-vous à jour ! Voici les dernières recommandations à propos des soins locaux en cas de varicelle.

    [Eve PUZENAT, François AUBIN. Service de Dermatologie, CHU de Besançon]

    J'APPRENDS

    NUTRIVIGILANCE & DERMATOLOGIE

    Vous avez constaté un effet secondaire dermatologique suite à la prise d'un produit alimentaire concerné par la nutrivigilance ? Télédéclarez sur le site de l'ANSES.

    DÉCLARER UN EFFET SECONDAIRE

    COMPRENDRE LES LYMPHOMES CUTANÉS

    Le Groupe Français d'Étude des Lymphomes Cutanés s'associe à l’association de patients France Lymphome Espoir et publie un guide d'information très complet sur le sujet des lymphomes cutanés ; plus d'infos sur gfelc.org/patientinfo !

    TÉLÉCHARGER LE GUIDE INFO

  • Allô docteur ?!

    Toutes les questions

  • Logo GEMUB

    Le Groupe d'Étude de la Muqueuse Buccale a réalisé des fiches information :

    Dermato-vidéo

    tutoriel vidéo dermatologie

    Le dermatologue et la toxine botulinique Dr Véronique GASSIA



    tutoriel vidéo dermatologie

    Le dermatologue et la place des cosmétiques Dr Anny COHEN-LETESSIER



    tutoriel vidéo dermatologie

    Le dermatologue et la cicatrice Dr Jean-Michel AMICI

    Toutes les vidéos

  • À la une

  • Communiqué de presse

    Place de l’Androcur® dans le traitement de l’alopécie féminine diffuse

    Récemment, l’ANSM a attiré l’attention des professionnels de santé sur le risque de méningiome associé à la prise d’acétate de cyprotérone (Androcur®) suite aux résultats d’une étude menée par la CNAM sur 250 000 femmes : « ce risque est multiplié par 7 chez les femmes exposées à des fortes doses d’acétate de cyprotérone ; il existe par ailleurs une forte relation entre la dose et l’effet, le risque étant multiplié par plus de 20 au-delà d’une dose cumulée de 60 g, soit environ 5 ans de traitement à 50 mg/j ou 10 ans de traitement à 25 mg/j (lorsque le traitement est pris 20 jours par mois). »[1]

    Rappel de l’AMM : l’Androcur® 100 mg est indiqué dans le traitement palliatif anti-androgénique du cancer de la prostate et dans la réduction des pulsions sexuelles dans les paraphilies en association avec une prise en charge psychothérapeutique. L’Androcur® 50 mg est indiqué dans les hirsutismes féminins majeurs d’origine non tumorale (idiopathique, syndrome des ovaires polykystiques) lorsqu’ils retentissent gravement sur la vie psycho-affective et sociale, et dans le traitement palliatif anti-androgénique du cancer de la prostate.

    En 2015, il y avait en France, 22 533 prescriptions d’Androcur® 100 mg et 100 756 prescriptions d’Androcur® 50 mg, essentiellement dans l’hirsutisme (24%), la prise en charge d’une contraception (15%), l’acné (8%)[2]. A noter que la contraception et l’acné sont hors AMM, et que l’Androcur® ne fait pas partie des recommandations acné 2015 du centre de preuves de la SFD[3,4]. Par ailleurs, 10% des prescriptions d’Androcur® sont faites par des dermatologues.

    La question de l’alopécie androgénique, également appelée alopécie féminine diffuse, pour laquelle l’Androcur® est parfois prescrit hors AMM par les dermatologues et de manière prolongée se pose.

    Une analyse de la littérature pour évaluer les données d’efficacité de l’Androcur® dans cette indication a été menée. Dans les seules 2 études rando isées réalisées (patientes naïves de tout traitement), l’efficacité de l’Androcur® n’a pas été pas mise en évidence (risque de biais, manque de puissance). Aucune étude évaluant l’efficacité éventuelle de l’Androcur® en seconde intention chez les femmes ne répondant pas au minoxidil n’a pu être identifiée.

    En conclusion, les risques de l’Androcur® et le manque de données disponibles ne plaident pas en faveur de sa prescription généralisée en première ou en deuxième ligne dans le traitement de l’alopécie féminine diffuse. L’intérêt et la place d’autres traitements anti-androgènes mériteraient d’être mieux évalués.

    • [1] Acétate de cyprotérone (Androcur et génériques) et risque de méningiome : recommandations de l’ANSM pour la prise en charge des patients- Lettre aux professionnels de santé - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé [Internet]. Disponible sur: https://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Acetate-de-cyproterone-Androcur-et-generiques-et-risque-de-meningiome-recommandations-de-l-ANSM-pour-la-prise-en-charge-des-patients-Lettre-aux-professionnels-de-sante
    • [2] Selon les données IMS-EPPM (cumul mobile annuel hiver 2015) | acétate de cyprotérone, Avis de la Commission de Transparence, 22 juin 2016 [Internet]. Disponible sur https://www.has-sante.fr
    • [3] Le Cleach L, Lebrun‐Vignes B, Bachelot A, Beer F, Berger P, Brugère S, et al. Guidelines for the management of acne: recommendations from a French multidisciplinary group. Br J Dermatol. 1 oct 2017;177(4):908‑13.
    • [4] Société Française de Dermatologie [Internet]
    • [5] Vexiau P, Chaspoux C, Boudou P, Fiet J, Jouanique C, Hardy N, et al. Effects of minoxidil 2% vs. cyproterone acetate treatment on female androgenetic alopecia: a controlled, 12-month randomized trial. Br J Dermatol. Juin 2002;146(6):992-9.
    • [6] Carmina E, Lobo RA. Treatment of hyperandrogenic alopecia in women. Fertil Steril. Janv 2003;79(1):91-5.

    voir le communiqué