Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

UNE MALADIE

  • UNE MALADIE
  • UN CONSEIL
  • UNE ASSO
  • UN MÉDECIN
  • Flashs Actu

    AUGMENTATION ALARMANTE DES ALLERGIES AUX CONSERVATEURS

    Crèmes, shampooing, liquide vaisselle…
    Les dermatologues s’alarment de la hausse des cas d’allergie aux conservateurs présents dans les produits du quotidien. Les bébés sont les plus touchés.

    [Fréquence Médicale,
    www.frequencemedicale.com/]

    ECOUTER

    ALLERGIE : COMMUNIQUÉ SFD

    Suite au dossier paru dans 60 Millions de consommateurs et repris dans certains médias ce matin du 23/10/2014, la SFD a réalisé un communiqué de presse.

    [Pr Annick BARBAUD,
    Présidente du Groupe Dermato-allergologie de la SFD
    Pr Olivier CHOSIDOW,
    Président de la SFD]

    CONSULTER

    L'ALLERGIE À L'IODE N'EXISTE PAS

    Nous mangeons du sel iodé tous les jours et nous n’avons aucune réaction allergique.
    Plusieurs produits contenant de l’iode peuvent induire une allergie. Pour autant, cette allergie n’est pas dûe à l’iode !
    - Vous avez fait une réaction allergique à un produit de contraste iodé (PCI) radiologique (scanner): cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais à une autre molécule chimique du PCI.
    - Vous avez fait une réaction allergique à un antiseptique iodé : cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais à une autre molécule chimique appelée povidone.
    - Vous avez fait une réaction allergique à des poissons ou à des fruits de mer : cette allergie n’est pas dûe à l’iode mais aux protéines de ces animaux.

    [Fabien PELLETIER, François AUBIN, Service de Dermatologie, CHU de Besançon]

    En savoir +

    VARICELLES : RECOMMANDATIONS

    Mettez-vous à jour ! Voici les dernières recommandations à propos des soins locaux en cas de varicelle.

    [Eve PUZENAT, François AUBIN. Service de Dermatologie, CHU de Besançon]

    J'APPRENDS

    PSORIASIS

    L’été approche et avec lui cette volonté de profiter un maximum des rayons du soleil : ballades, sorties, vacances, plage… sont autant d’occasions souvent contrariées par un psoriasis. Bien que le soleil soit majoritairement bénéfique à cette maladie, il n’est pas si simple de s’assumer les jambes à découvert… Du 19 au 24 mai prochain, France Psoriasis lance une campagne d’information sur le psoriasis. A cette occasion, plusieurs animations virtuelles sont organisées dans le but d’améliorer la connaissance que nous avons de notre propre maladie, à mieux la soigner et à mieux l’assumer.

    Psoriasis : en mai, fais ce qu’il te plait !

    MISE EN CAUSE DU GARDASIL

    LES EXPERTS RÉPONDENT POINT PAR POINT 420 médecins signent une lettre au Président de la République. Ils réclament une mission parlementaire afin d’obtenir plus d’informations sur le bénéfice et les risques du vaccin Gardasil. La réponse des autorités sanitaires.

    Ecouter l'interview sur Fréquence M +

    Acné et isotrétinoïne

    Prenez connaissance du communiqué de presse de la Societé Française de Dermatologie sur l'acné et le traitement par isotrétinoïne orale.

    Lire le communiqué +

    FISH-THERAPY (pédicure)

    ATTENTION PRUDENCE : prenez connaissance de la position de la SFD et de l'ANSES sur la « Fish-Therapy » !

    En savoir +

    SAISINE DE LA HAS

    Les assos de patients agréées au niveau national peuvent saisir la Haute Autorité de Santé sur des sujets de santé publique qui les concernent. Pour prises en compte dans le programme de travail 2014 les demandes doivent parvenir avant le 26 juillet 2013.

    En savoir +

  • Le Dossier

    Photoprotection externe :
    actualisation 2014

    Pr Jean-Luc SCHMUTZ,
    dermatologue au CHU de Nancy

    Photoprotection externe :<br/>actualisation 2014

    Un enjeu de santé publique, plus personne ne doute aujourd'hui de l'intérêt d'une photoprotection.

    INFORMEZ-VOUS !

  • Allô docteur ?!

    Toutes les questions

  • La vidéo du mois

    tutoriel vidéo dermatologie

    Le dermatologue et la toxine botulinique Dr Véronique GRACIA

    Toutes les vidéos

  • À la une

  • Communiqué de presse

    Exposition aux ultraviolets artificiels (UV)

    À l’occasion de la parution au Journal Officiel des arrêtés du 20 octobre 2014 (textes 29 et 30) organisant l’information, les avertissements et la surveillance des appareillages délivrant des UV artificiels au grand public, la Société Française de Dermatologie, ses Groupes Thématiques « Cancérologie Cutanée » et « Société Française de Photodermatologie » souhaitent apporter les mises en garde suivantes :

    • L’exposition excessive au rayonnement UV dans l’intégralité du spectre est responsable du vieillissement cutané prématuré et de l’augmentation des différents types de cancers cutanés : carcinomes et mélanomes. Ceci est démontré pour l’exposition aux UV artificiels comme pour l’exposition aux UV naturels
    • Il est clairement établi que l’utilisation d’UV artificiels n’induit aucun bénéfice pour la santé du sujet sain. La pratique du bronzage induit par les UV artificiels déjà interdite aux mineurs constitue un problème de santé publique. Son utilisation devrait être sinon interdite, du moins extrêmement encadrée au regard du coût pour la collectivité. En France, 5 % des cas incidents de mélanome sont reliés à l’exposition dans les appareils de bronzage, cette activité est donc considérée comme responsable de 350 cas annuels de mélanome ayant entrainé environ 80 décès.

    De ce fait, les UV sont considérés comme un agent carcinogène majeur au même titre que le tabac par l’OMS depuis 2006.

    Lorsque les UV artificiels sont utilisés pour le traitement de certaines maladies cutanées, le traitement doit être prescrit, organisé et surveillé par un médecin dermatologue qui est seul habilité à évaluer le rapport bénéfice risque pour un patient donné.

    L’exposition à des UV artificiels chez des patients prenant un traitement médicamenteux peut être la source de phénomènes de photosensibilisation potentiellement graves et nécessite au préalable l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien.

    Enfin un éventuel déficit en Vitamine D doit être compensé par des apports alimentaires ou médicamenteux, mais en aucun cas par une exposition au rayonnement UV artificiel ou une surexposition aux UV naturels.

    L’ensemble de ces données scientifiquement établies conduisent la Société Française de Dermatologie à mettre en garde les utilisateurs contre les risques induits par l’exposition aux UV artificiels à visée esthétique.


    Le Groupe « Société Française de Photodermatologie » de la Société Française de Dermatologie


    Le Groupe « Cancérologie Cutanée » de la Société Française de Dermatologie

    Téléchargez l'avis officiel SFD [PDF, 60 ko]