Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • La chute des cheveux ?
    Questions-réponses sur l’Alopécie

    ,


    À travers le jeu des questions-réponses en dermatologie, retrouvez toutes les choses à savoir sur l’Alopécie ou plus communément la chute des cheveux.

    9 points à savoir

    Je perds mes cheveux régulièrement, dois-je m’en inquiéter ?

    Ce qui est important, ce n’est pas tant la quantité de cheveux perdue de manière régulière, mais le capital-cheveux restant : certaines personnes ne notent aucune chute de cheveux particulière et pourtant ont de moins en moins de cheveux sur le crâne, et l’inverse est aussi vrai. Donc, si l’on constate une diminution de la densité des cheveux, c’est principalement alors qu’une consultation semble utile.

    Quels sont les signes qui doivent orienter vers une chute anormale (pathologique) ?

    Devant une chute de cheveux, certains signes peuvent particulièrement justifier un avis dermatologique :

    • si une chute de cheveux est localisée : formant des plaques glabres ou des zones de densité plus faible sur la tête.
    • si une chute de cheveux est accompagnée d’une inflammation (c’est à dire notamment des rougeurs et/ou un gonflement de la peau), des squames (une peau qui pèle) ou des lésions du cuir chevelu de manière générale
    • si la chute de cheveux (plus de 100 cheveux par jour) dure au delà de trois mois

    Perd-on ses cheveux après une grossesse ?

    Il est classique pour une femme de perdre ses cheveux après un accouchement. La proportion de cheveux en phase de croissance (dite phase anagène) est particulièrement élevée durant les deux derniers trimestres de la grossesse ; ainsi cette période est généralement associée à une plus importante épaisseur de la chevelure. Cette forte proportion de cheveux en phase anagène ne peut durer : 4 à 12 semaines après l’accouchement, et davantage lorsque la femme allaite, une phase de chute de cheveux (qui est "physiologique" et non "pathologique") apparait. On parle d’effluvium - qui signifie une chute diffuse - télogène car la proportion de cheveux en phase télogène (phase de chute des cheveux) augmente sensiblement. Cet effluvium durera un temps variable : généralement 3 à 4 mois, toutefois d’autres facteurs entrent en ligne de compte et peuvent le faire durer davantage comme une carence en fer, un régime, une contraception mal adaptée ou au contraire l’absence de pilule œstro-progestative qui avait un effet positif avant la grossesse,…

    Y a-t-il un rapport entre alimentation et chute de cheveux ?

    De manière évidente si l’on supprime des nutriments indispensables à la croissance des cheveux, une chute de cheveux peut apparaitre, associée éventuellement à la perte de certaines qualités des cheveux (résistance, brillance, caractère lisse, etc.). A l’extrême les cheveux des sujets réellement dénutris sont rares, rêches et perdent leur couleur. Donc après un régime intense et en particulier mal équilibré une chute de cheveux peut survenir. Toutefois dans nos sociétés occidentales les carences alimentaires restent peu fréquentes et s’associent à d’autres symptômes caractéristiques en dehors de la chute des cheveux. Ainsi les compléments alimentaires n’apportent pas d’intérêt reconnu, et si une chute de cheveux persiste, il convient d’en connaitre la cause, la traiter si elle est pathologique, et ne pas prendre de produit d’effet plus que discutable.

    Les hormones interviennent elles dans la chute des cheveux ?

    De nombreuses hormones interviennent sur le "cycle pilaire" (alternance individuelle pour chaque cheveu d’une phase de croissance et d’une phase de chute).
    Pour ne citer que les plus importantes :

    • Les hormones thyroïdiennes peuvent, lorsqu’elles sont sécrétées en trop faible quantité mais aussi lorsqu’elles sont en excès déclencher une chute de cheveux.
    • Chez la femme, les hormones dites "androgènes" sont naturellement présentes. Sécrétées en trop grande quantité, ou lorsque leur captation dans les zones concernées est exagérée, des symptômes de type masculin peuvent apparaitre : on observera alors une chute de cheveux localisée principalement sur le sommet du crane associée à des cheveux de moins en moins nombreux et de plus en plus fins (on parle d’alopécie androgénique). D’autres symptômes peuvent s’y associer comme une peau et des cheveux gras, un excès de pilosité sur le menton, au dessus des lèvres, etc. C’est dans ces cas que le dermatologue jugera si un bilan hormonal est justifié, si un médicament pris par ailleurs peut en être responsable ou si le contraceptif est adapté.

    Quand on perd ses cheveux après une chimiothérapie, repoussent-ils toujours ?

    Une chimiothérapie est principalement destinée à bloquer les cellules en forte multiplication que sont les cellules cancéreuses. Les cellules responsables de la fabrication des cheveux se multiplient également à grande vitesse et sont ainsi des "victimes collatérales" de ces traitements. Dans la très grande majorité des cas, la chute de cheveux lors d’une chimiothérapie est spectaculaire par son intensité et cesse rapidement après la dernière cure pour laisser place à une repousse complète. Cependant certains médicaments de chimiothérapie particulièrement puissants ont parfois un effet toxique plus radical sur la fabrication des cheveux chez une partie des patients (surtouts des patientes car la plupart de ces traitements sont destinés au traitement du cancer du sein) ; dans ces cas l’alopécie (le terme alopécie signifie le manque de cheveux) persiste et la chevelure est moins dense, les cheveux sont plus fins de manière définitive. Le risque d’avoir ce type d’alopécie est aujourd’hui estimé de 2%. L’intensité de cette alopécie est variable, et malheureusement difficile à prévoir. Il arrive aussi que certains médicaments à visée hormonale –réduisant les hormones féminines -, parfois prescrits sur plusieurs années pour réduire les risques de récidive des cancers aient une action négative sur la croissance des cheveux et favorisent l’apparition d’une alopécie de type androgénique. Cet effet secondaire est présent tant que le traitement est pris, et peut être amélioré par un traitement local.

    Est-il important de prendre des vitamines pour aider à la repousse des cheveux, notamment après une chimio ?

    Nous l’avons vu, le problème n’est pas vraiment là. Il ne s’agit pas d’une carence vitaminique et leur effet serait plus que modeste.

    La chute des cheveux est elle héréditaire?

    Nous possédons tous un patrimoine héréditaire face au risque de présenter certaines pathologies, ou des protections face à certaines pathologies. Pour ce qui concerne l’alopécie androgénique, elle a aussi pour nom androgénétique... cela ne signifie pas « tel père, tel fils » ou « telle mère, telle fille », mais que le risque personnel de présenter une alopécie androgénique est plus grand lorsque l’un de ses parents (père ou mère) présente une alopécie androgénique : c’est un fait certain (entre 5 et 10 fois plus de risque selon les études). Toutefois il s’agit selon les cas d’une possibilité augmentée ou diminuée, loin de la certitude.

    Est-ce que les permanentes, les lissages, les couleurs (teintures) peuvent être responsable d’une chute des cheveux ?

    Certains soins cosmétiques peuvent favoriser une chute de cheveux ; on peut citer :

    • tout ce qui tire sur les cheveux et en particulier si cette tension persiste plusieurs mois, l’alopécie peut alors devenir définitive
    • les lissages qui fragilisent les cheveux
    • les produits de défrisage qui, dans la plupart des cas sur le court et long terme déclenchent des alopécies
    • les permanentes peuvent fragiliser les cheveux également (mais les effets négatifs varient selon la qualité de cheveux, le type de permanente, la fréquence)
    • les teintures dans la très grande majorité des cas ne déclenchent pas de chute des cheveux. Notons toutefois qu’une inflammation locale du cuir chevelu comme un eczéma peut déclencher une chute temporaire de cheveux. Ajoutons également que la décoloration des cheveux les fragilise

    Dernière mise à jour : 06-07-2017