Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • Les Biopsies de peau
    Dermato-info.fr

    Résumé

    Si dans beaucoup de disciplines la biopsie est traditionnellement associée à l'idée de cancer, la biopsie de peau est un acte courant et très banal en dermatologie. Pratiquée de façon systématique en cas de tumeur cutanée, elle est également réalisée dans de nombreux cas de maladie inflammatoire et dès qu'il existe une difficulté ou un doute diagnostique.

    Les Biopsies de la peau

    UN GESTE AU CœUR DE LA PRATIQUE DERMATOLOGIQUE

    Si dans beaucoup de disciplines la biopsie est traditionnellement associée à l'idée de cancer, la biopsie de peau est un acte courant et très banal en dermatologie. Pratiquée de façon systématique en cas de tumeur cutanée, elle est également réalisée dans de nombreux cas de maladie inflammatoire et dès qu'il existe une difficulté ou un doute diagnostique.

    Pourquoi réalise-t-on une biopsie de peau ?

    La biopsie de peau consiste à prélever un fragment de peau afin de l'analyser au microscope et d'identifier ainsi des éléments susceptibles de confirmer ou d'orienter le diagnostic. La peau étant un organe facilement accessible, il s'agit d'un geste très courant et très fréquemment réalisé en dermatologie.

    Comment ça marche ?

    Le dermatologue prélève un fragment de peau, qu'il met ensuite dans un flacon contenant du formol dilué, permettant ainsi sa conservation. Ce geste est réalisé soit à l'aide d'un bistouri, soit à l'aide d'un trépan, c'est-à-dire d'un petit outil à usage unique, constitué d'une lame circulaire fixée sur un embout et permettant de réaliser une « carotte ». Le trépan est de plus en plus couramment utilisé en raison de sa simplicité, de sa rapidité et de sa sécurité d'utilisation. Les limites sont représentées par la taille des lésions. Il existe en effet des trépans de plusieurs tailles permettant de réaliser des prélèvements jusqu'à 6 mm de diamètre.

    Au-delà, le bistouri sera utilisé. Lorsque le bistouri est utilisé, le dermatologue pratique alors une découpe de la peau en forme de fuseau autour de la lésion. Qu'il ait été prélevé à l'aide d'un trépan ou à l'aide d'un bistouri, le fragment de peau est adressé au laboratoire d'analyses où il sera examiné par un anatomo-pathologiste .

    Comment ça se passe ?

    Une anesthésie locale est systématiquement pratiquée quelques minutes avant la biopsie qui est alors totalement indolore. La peau est désinfectée. Parfois même, il peut être nécessaire de mettre un champs opératoire, c'est-à-dire de recouvrir la zone où est réalisé le prélèvement par des tissus stériles.

    Le prélèvement est mis dans un flacon contenant un liquide de transport qui est habituellement du formol dilué et qui permet sa conservation. Ce prélèvement est adressé soit par la poste, soit par coursier à un laboratoire d'analyses qui réalisera les coupes du fragment prélevé, ainsi que les lames destinées à être examinées au microscope par un médecin spécialisé que l'on appelle un anatomo-pathologiste. Certaines colorations spécifiques sont parfois nécessaires.

    Une fois le prélèvement réalisé, il est habituel de faire quelques points de suture afin de fermer la perte de substance et de faciliter la cicatrisation. Les fils peuvent être résorbables ou non. La cicatrisation est obtenue entre 5 et 15 jours selon l'endroit du corps. La partie haute du corps cicatrise plus vite que la partie basse, comme les membres inférieurs par exemple.

    Dans certains cas, la biopsie s'accompagne d'une exérèse de la lésion. (accéder au chapitre et à la vidéo sur l'exérèse) On parle alors de biopsie-exérèse. Toute biopsie engendre une cicatrice, si minime soit elle. L'importance de cette cicatrice dépend de la capacité individuelle de cicatrisation. Certaines personnes ont une peau qui cicatrise très facilement et d'autres au contraire, ont tendance à faire des cicatrices de très mauvaise qualité. Ceci est très peu dépendant du médecin qui fait la cicatrice.

    Quand réalise-t-on une biopsie de peau ?

    La peau étant un organe facilement accessible, la biopsie cutanée est un geste simple, faiblement invasif, habituellement sans danger et techniquement à la portée de tous. Il s'agit donc d'un geste largement pratiqué en dermatologie où les indications sont assez larges, dépassant le strict cadre des suspicions de lésions cancéreuses. Ainsi, les tumeurs cutanées représentent environ 60% des indications et les maladies inflammatoires ou autres les 40% restants.

    Quels sont les résultats ?

    La biopsie est un examen qui se réalise en deux temps. Le premier temps, qui ne prend que quelques minutes, est le prélèvement réalisé par le dermatologue. Ce prélèvement est adressé dans un second temps à un laboratoire d'anatomopathologie où il sera analysé et interprété par un anatomo-pathologiste . Pour interpréter les résultats, l'anatomo-pathologiste doit avoir connaissance de toutes les informations relatives au patient et il est fréquent qu'il soit amené à discuter avec le dermatologue pour bien comprendre le contexte. Il est possible que la biopsie ne permette pas de porter de diagnostic. Les délais d'attente des résultats sont extrêmement variables, pouvant varier de quelques jours à plusieurs semaines, sans que cela soit pour autant inquiétant.

    Quels effets secondaires et quelles complications ?

    Outre les effets liés à l'anesthésie locale, il existe très peu d'effets secondaires liés à la biopsie, le principal étant le risque cicatriciel. En effet, une biopsie est toujours responsable d'une cicatrice. Des surinfections locales peuvent survenir. Elles sont généralement facilement traitées par des pommades antibiotiques locales ou des antibiotiques administrés par voie orale. Comme pour la réalisation de tous les petits gestes chirurgicaux, il peut exister des malaises vagaux, c'est-à-dire que l'on peut avoir d'un seul coup très chaud, transpirer abondamment et avoir l'impression de « tomber dans les pommes ». Il est important de prévenir le médecin dès que les premiers symptômes apparaissent pour qu'il puisse suspendre temporairement son geste.

    Quelle surveillance ?

    Le geste biopsique ne nécessite pas de surveillance spécifique. Il convient simplement de s'assurer que la cicatrisation se fait normalement et de faire retirer les fils selon la prescription du médecin.

    Quelles précautions prendre avant, pendant et après ?

    La réalisation d'une biopsie nécessite quelques précautions, notamment en cas de prise d'anticoagulants et de geste un peu complexe. La plupart du temps, la biopsie est réalisée sans interruption de traitement, car il existe souvent plus de risques à arrêter un traitement anticoagulant généralement indispensable, que de problèmes de saignements et de cicatrisation secondaires au geste.

    Dans la mesure du possible, on essaie de ne pas réaliser de biopsie avant l'été ou avant une exposition au soleil qui risque de rendre la cicatrice plus visible. Il faut penser à protéger la cicatrice du soleil à l'aide d'un écran d'indice élevé, pendant l'année qui suit la biopsie.

    Dernière mise à jour : 24-06-2015