Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • Les Kératoses Actiniques
    Dermato-info.fr

    Qu'est ce que la Kératose Actinique ?

    La kératose actinique, un marqueur du risque de cancer cutané

    Les lésions cutanées de kératose actinique touchent préférentiellement les sujets à peau claire et sont un marqueur du risque de cancers cutanés liés au soleil. Elles sont très fréquentes dans les pays à niveau d'ensoleillement élevé. Elles peuvent être esthétiquement gênantes et nécessiter un traitement. Dans tous les cas, elles imposent un suivi régulier pour dépister un éventuel cancer cutané survenant dans cette zone de surensoleillement.

    Une lésion cutanée très fréquente

    Même s'il n'existe pas de chiffres précis sur la fréquence des kératoses actiniques en France, il s'agit néanmoins d'une des premières causes de consultations dermatologiques.

    Il s'agit d'une lésion cutanée se traduisant par une petite zone rouge et squameuse (dont des petits morceaux de peau morte se détachent), indurée, rugueuse au toucher et située principalement dans une zone exposée au soleil (visage, dos des mains, cuir chevelu pour les patients chauves).

    EXTRAIT AUDIO 1

    Elle survient essentiellement chez des individus régulièrement exposés au soleil et touche en particulier ceux qui ont une peau sensible (ceux ayant une peau et des yeux clairs, les sujets blonds et roux), qui vivent ou qui font des séjours dans des régions ensoleillées, avec des expositions solaires intenses même si elles sont de courte durée. Ainsi, c'est en Australie que le taux de kératose actinique est le plus élevé au monde. Cette maladie, qui évolue sur de longues années, touche principalement les personnes de 60 ans et plus.

    Un marqueur de surexposition solaire

    On considère que la kératose actinique est le reflet direct d'une exposition solaire excessive et marque ainsi directement le risque de développer un cancer cutané en particulier du type carcinome basocellulaire.

    Si le risque d'évolution directe d'une lésion de kératose actinique vers un cancer cutané est faible, de l'ordre de 0,1% par an, un patient présente en moyenne une dizaine de lésions simultanées et l'on estime qu'à 10 ans, son risque individuel de développer un cancer cutané est de l'ordre de 10%.

    EXTRAIT AUDIO 2

    Ce risque est d'autant plus grand que le nombre et la surface des lésions sont élevés et, s'il ne faut pas s'alarmer à la découverte d'une lésion de ce type, c'est néanmoins le signe d'un risque particulier qui nécessite la mise en place d'une surveillance dermatologique régulière. Cette surveillance qui consiste en un examen cutané spécialisé est, en règle générale, proposée à un rythme annuel.

    Traiter et protéger

    Si la lésion cutanée de kératose actinique peut disparaître spontanément, elle est néanmoins rarement isolée et est souvent esthétiquement gênante ; c'est pourquoi un traitement est souvent proposé par le dermatologue. Celui-ci vise à détruire la lésion soit immédiatement par le froid, soit de façon progressive par un traitement à base de crème.

    Pour réduire le risque de développer ultérieurement un cancer cutané, il est très important de mettre en œuvre une photoprotection solaire efficace.

    La Kératose actinique : ses traitements

    Plusieurs solutions pour faire disparaître la kératose actinique

    Le traitement de la kératose actinique vise à faire disparaître une lésion souvent esthétiquement gênante car présente sur le visage. Le traitement peut être immédiat, utilisant le froid, ou reposer sur l'application de crèmes ; il peut aussi reposer sur la photothérapie et parfois sur la chirurgie. Dans tous les cas, il est l'occasion d'éduquer le malade à la nécessité d'une photoprotection efficace évitant ainsi le risque de récidive.

    Le traitement par le froid en première ligne

    Le traitement par le froid, ou cryothérapie est un traitement simple qui consiste à projeter un jet d'azote liquide sur la lésion pour entraîner sa destruction locale par le froid. Cette technique est peu douloureuse et se réalise sans anesthésie, même si elle entraîne une sensation de pincement lors de la projection d'azote (voir le chapitre les traitements par le froid).
    EXTRAIT AUDIO 5

    Le dermatologue réalise en général deux applications. La durée de chaque cycle d'application est de l'ordre de 30 à 45 secondes ; la projection d'azote liquide est suivie au bout de quelques secondes du blanchiment de la peau dont le dermatologue apprécie visuellement la durée. On considère que le blanchiment doit durer environ trois fois plus longtemps que la durée de projection : une projection de 10 secondes correspond ainsi au 40 secondes nécessaires au traitement. La zone congelée meurt et disparaît sous forme d'une croûte qui tombera quelques jours après la séance de cryothérapie.

    Le choix dans les traitements locaux

    Plusieurs traitements locaux peuvent être utilisés pour traiter les lésions de kératose actinique. S'ils ont globalement la même efficacité pour faire disparaître les lésions, leurs effets indésirables varient en fonction de leur type et de la durée de traitement nécessaire. Globalement, plus la durée de traitement nécessaire sera courte, plus les effets indésirables locaux pourront être gênants.
    EXTRAIT AUDIO 6

    Parmi les traitements locaux, l'imiquimod est un traitement qui entraîne une réaction immunitaire locale et provoque la disparition des lésions de kératose actinique en quelques semaines. Le traitement est réalisé en 3 applications par semaine pendant un mois. Ce traitement s'accompagne souvent de réactions locales à type de rougeurs, de lésions eczématiformes ou de démangeaisons. L'utilisation de ce produit est limitée à des zones de 10 à 20 centimètres carrés en raison de la contenance des sachets.

    Un autre principe actif peut être utilisé localement pour traiter les lésions de kératose actinique, le 5 fluoro-uracile ; il s'agit d'un principe actif utilisé par voie générale dans le traitement de certains cancers. Les schémas thérapeutiques sont variables, ils vont dans certains cas de plusieurs applications par jour sur une durée courte à 1 ou 2 applications par semaine sur une période prolongée ; le schéma le plus utilisé est l'application quotidienne pendant 1 mois. Ces schémas permettent de faire un compromis entre efficacité et effets indésirables : efficacité rapide au prix d'une irritation locale importante ou efficacité retardée avec moins d'effets secondaires locaux.

    Le traitement local des kératoses actiniques peut aussi reposer sur l'administration d'une crème à base d'un anti-inflammatoire non stéroïdien, le diclofénac. S'il est significativement mieux toléré localement que l'imiquimod et le 5 fluoro-uracile, il nécessite une durée de traitement prolongée pour être aussi efficace (il doit être appliqué deux fois par jour pendant 3 mois).

    Enfin, un nouveau traitement local des kératoses actiniques est en cours de développement, le mébutate d'ingénol. Il est issu de la médecine traditionnelle australienne et permet le traitement des lésions de kératose actinique en une application par jour pendant 3 jours.

    Parfois, la chirurgie

    Dans certaines formes étendues, ou en cas de doute, le dermatologue peut avoir recours à la chirurgie pour pouvoir enlever l'intégralité de la lésion et pour la faire analyser au laboratoire d'anatomo-pathologie.

    Le traitement par la lumière

    La photothérapie dynamique est une technique parfois utile pour traiter les lésions de kératose actinique. Ce traitement est basé sur les propriétés de certaines molécules appliquées localement de se modifier sous l'action d'une source lumineuse intense (voir le chapitre le traitement par la lumière).

    Il s'agit d'appliquer localement, pendant 3 heures environ, un médicament en crème à base d'un analogue des porphyrines qui pénètre la peau sous un pansement occlusif. Lorsque le principe actif a pénétré dans la lésion, on retire le pansement et l'on éclaire la zone avec une lumière intense rouge. La séance dure quelques minutes ; elle peut être un peu douloureuse si des précautions ne sont pas prises (vaporisation d'eau et refroidissement de la région traitée). A la suite de ce traitement, il existe une réaction inflammatoire locale qui dure quelques jours. Une consultation de contrôle a lieu 3 mois après le traitement. L'utilisation de cette technique est en général réservée à des formes étendues de kératose actinique survenant dans un contexte d'antécédents de cancer de la peau.

    Une stratégie individualisée

    Le choix du traitement des lésions de kératose actinique se fait en fonction d'un certain nombre de paramètres : le nombre de lésions, leur aspect, leur localisation, le terrain sur lequel elles surviennent (antécédents de cancer cutané par exemple) et les attentes du patient.
    EXTRAIT AUDIO 7

    Le traitement peut reposer sur un traitement local par le froid seul, un traitement local ou, dans certains cas, par la combinaison des deux. Dans tous les cas, le dermatologue évalue l'effet du traitement à la fin de celui-ci et met en place une surveillance régulière, le plus souvent sous la forme d'un examen complet annuel.

    Mettre en place une photoprotection efficace

    Les kératoses actiniques sont le marqueur d'un excès d'exposition solaire. Pour favoriser leur traitement, éviter leur récidive et l'apparition de nouvelles lésions, il est fondamental de mettre en place une hygiène de photoprotection efficace.
    EXTRAIT AUDIO 8

    Celle-ci repose sur une protection efficace contre les rayonnements solaires par le port d'un chapeau, de vêtements adaptés (manches longues, pantalons, tissus anti-ultraviolets) et par l'utilisation de crèmes solaires bien appliquées (voir le chapitre La protection solaire / le soleil et la peau).

    Les causes de la Kératose Actinique

    La kératose actinique, un coupable, le soleil

    Le grand responsable du développement de kératose actinique est l'exposition solaire excessive. Cet excès de rayons ultraviolets peut avoir des conséquences plus ou moins importantes suivant le type de peau ; les individus les plus à risque étant ceux à peau et yeux clairs.

    L'excès de soleil sur un terrain à risque

    La lésion de kératose actinique est la résultante d'une cause extérieure, l'exposition excessive aux rayons ultraviolets, associée à un terrain plus ou moins à risque. Les rayons ultraviolets ont un effet direct sur le matériel génétique des cellules de la peau et peuvent provoquer la transformation de certains gènes conduisant au développement de lésions, la kératose actinique, voire de cancers.
    EXTRAIT AUDIO 3

    Les terrains les plus sensibles aux excès de rayons ultraviolets sont ceux associant peau et yeux clairs et ceux ayant des cheveux blonds ou roux. Sur ces terrains, un faible excès d'ultraviolets peut avoir des conséquences importantes à court terme (coup de soleil), à moyen terme (vieillissement cutané accéléré, kératose actinique) et à long terme (cancers cutanés).

    D'autres causes beaucoup plus rares

    Si l'excès de soleil est la cause principale de kératose actinique, elle n'est cependant pas la seule, certaines drogues carcinogènes comme l'arsenic ou la radiothérapie peuvent aussi provoquer ce type de lésions.

    Kératose Actinique : quels sont les conseils ?

    La kératose actinique, un signe d'alerte à ne pas ignorer

    La kératose actinique est le signe d'une peau traumatisée par un excès d'ultraviolets . Au-delà de ces modalités de traitement qui sont à discuter avec son dermatologue, elle doit être l'occasion de mettre en place une photoprotection efficace.

    L'apparition de lésions de kératoses actiniques doit faire l'objet d'une consultation dermatologique. Cette consultation permettra de faire le diagnostic précis de kératose actinique et de dépister d'éventuelles lésions associées, elles aussi dues à un excès d'ultraviolets.

    En fonction du nombre de lésions, de leur localisation et du terrain sur lequel elles surviennent, le dermatologue proposera à son patient la stratégie de traitement la plus adaptée. Elle reposera le plus souvent sur la cryothérapie ou sur un traitement local ; parfois, une combinaison des deux sera proposée. Dans tous les cas, le dermatologue reverra son patient au bout de quelques mois pour s'assurer de la guérison des lésions.

    La découverte de lésions de kératose actinique va être l'occasion de mettre en place un suivi régulier visant à dépister précocement un cancer cutané lié à l'excès d'ultraviolets. Elle sera aussi l'occasion d'expliquer les moyens efficaces permettant d'éviter les méfaits de cet excès d'ultraviolets (vêtements adaptés, crèmes solaires utilisées en quantité suffisante et fréquemment renouvelées).

    Kératose Actinique : examens

    La kératose est un diagnostic essentiellement clinique

    L'œil du dermatologue est le principal outil du diagnostic de kératose actinique. Il peut néanmoins avoir besoin de recourir à la biopsie cutanée pour confirmer le diagnostic et éliminer celui de cancer cutané.

    Une lésion typique qui doit en faire rechercher d'autres

    Dans l'immense majorité des cas, le diagnostic de kératose actinique est fait par le dermatologue lors de l'examen clinique approfondi. La lésion est visible et palpable, elle accroche sous le doigt ; il s'agit d'une surélévation localisée et rouge de la peau située dans une zone du corps régulièrement exposée au soleil.

    Lors de la consultation, le dermatologue va se livrer à un examen complet de l'ensemble de la surface cutanée visant à dépister d'autres lésions suspectes et apprécier le risque global de son patient.

    Une biopsie cutanée parfois nécessaire

    Il est parfois nécessaire de réaliser une exérèse pour évaluer l'épaisseur de la lésion et pour étudier son envahissement des tissus sous-jacents. Cette biopsie peut aussi être nécessaire en cas de lésions atypiques ou de récidive après traitement.
    EXTRAIT AUDIO 4

    L'aspect de la lésion de kératose actinique au microscope est celui d'un petit cancer superficiel de la peau, appelé épithélioma in situ, qui reste totalement localisé à l'épiderme . Le risque de transformation de cette lésion en cancer invasif est très faible, de l'ordre de 0,1% par an.

    La kératose actinique peut parfois prendre la forme d'une autre maladie de peau appelée maladie de Bowen. Son aspect clinique et microscopique est un peu différent, mais dans les deux cas, il s'agit d'un carcinome dit in situ, avec, cependant, un risque de transformation cancéreuse plus important dans le cas de la maladie de Bowen.

    Dernière mise à jour : 06-07-2017