Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • L'Ivermectine
    et pédiculose

    Résumé

    Peu de données précises existent quant à la fréquence de l'infestation par les poux, mais on estime qu'en France, chaque année, entre 2 et 20% des enfants scolarisés seraient directement concernés par ce problème.

    L'Ivermectine et pédiculose

    Traitement des poux, état des lieux

    Peu de données précises existent quant à la fréquence de l'infestation par les poux, mais on estime qu'en France, chaque année, entre 2 et 20% des enfants scolarisés seraient directement concernés par ce problème.

    En cas de pédiculose, c'est-à-dire d'infestation du cuir chevelu par des poux vivants, le traitement de référence repose sur l'utilisation de lotions d'insecticides locaux associées à des mesures d'hygiène.Il est en effet indispensable de laver le linge (draps, casquettes, bonnets…) ayant été en contact avec les cheveux à une température au moins égale à 50°C afin de détruire les poux et leurs œufs (appelés lentes) ; les femelles adultes pondent de 10 à 20 œufs par jour à proximité de l'émergence des cheveux qui éclosent et donnent des poux adultes en 8 à 10 jours.

    En ce qui concerne les lotions insecticides, il existe deux types de principes actifs d'insecticides, les dérivés des pyrèthres et le malathion. Un traitement bien conduit consiste en une application de lotion en quantité suffisante sur la totalité de la chevelure, en suivant précisément les indications du produit. Ces insecticides n'étant que peu ou pas efficaces sur les lentes, il est indispensable de renouveler l'application, q uel que soit le produit utilisé, 7 jours plus tard afin d'éliminer les poux nés des œufs présents lors du premier traitement et non détruits.

    D'autres procédés peuvent être utilisés contre les poux, mais ils sont en général moins efficaces ; il s'agit par exemple de l'utilisation de diméticone, une sorte de silicone en lotion qui agit en formant un film qui recouvre les poux et les étouffe, ou du « bug-busting » dans lequel les poux sont retirés un à un de manière mécanique à l'aide d'un peigne et d'un démêlant.

    Quand parle-t-on de résisitance aux traitements ?

    On définit la résistance au traitement par la présence de poux vivants sur le cuir chevelu 24 heures après le 2ème traitement local par lotion d'insecticides utilisée en quantité et en durée suffisante.

    Les lotions anti-poux utilisant le malathion ou le dérivé des pyrèthres sont efficaces dans la majorité des cas, mais on observe néanmoins un nombre significatif de résistances à ces traitements ; les poux devenant résistants à ces insecticides.

    C'est dans ce contexte, que l'étude européenne pilotée par le service de dermatologie de l'hôpital Henri-Mondor a été conduite. Elle visait à comparer l'efficacité d'un médicament administré par voie orale, l'ivermectine, au traitement local de référence par une lotion à base de malathion.

    L'Ivermectine, un médicament antiparasitaire administré par voie orale

    L'ivermectine est utilisé depuis une trentaine d'années dans le traitement de différentes parasitoses telles que l'onchocercose (responsable de la cécité des rivières, une maladie très répandue en Afrique) ou de la gale humaine. Dans le cas des poux, contrairement aux traitements locaux habituels, le médicament agit par voie sanguine après avoir été absorbé au niveau de l'estomac.

    L'ivermectine est bien toléré et a déjà été administré à plus de 50 millions de personnes sans effets indésirables significatifs.

    Les poux sont des parasites qui se nourrissent du sang de leur hôte pour vivre. L'ivermectine est neurotoxique pour le pou ; lorsque le médicament est présent dans le sang, les poux vont l'absorber lors de leur « repas » et ainsi s'intoxiquer.

    Une étude rigoureuse pour évaluer son efficacité dans le traitement des poux résistants

    Dans l'étude européenne, qui a été publiée en mars 2010 dans la prestigieuse revue médicale internationale, le New England Journal of Medicine, l'ivermectine a été administré à la dose de 400 ? g/kg (une dose double de celle utilisée pour le traitement de la gale) donnée en deux prises séparées par 7 jours d'intervalle. Son efficacité a été comparée au traitement insecticide local de référence, le malathion en lotion. 812 enfants ont participé à cette étude ; ils avaient tous déjà reçu des traitements insecticides locaux qui n'avaient pas permis d'éradiquer le parasite.

    « A la fin de la période de traitement, 95% des enfants traités par l'ivermectine étaient débarrassés de leurs poux contre 85% de ceux du groupe traités par la lotion à base de malathion, rapporte l'expert de la Société Française de Dermatologie, investigateur principal de l'étude. Ce traitement s'est donc avéré très efficace et par ailleurs bien toléré. Pour conserver ce niveau élevé d'efficacité, les médecins experts du traitement des poux insistent sur l'importance que ce traitement soit réservé aux cas de résistance démontrée afin d'en limiter une trop large utilisation qui conduirait inévitablement à l'apparition de poux résistants et donc, à terme, à l'inefficacité du médicament.

    En pratique, « en cas de résistance prouvée des poux à des traitements locaux bien conduits, il est conseillé de consulter un médecin, car il s'agit alors d'un problème médical, poursuit l'expert de la Société Française de Dermatologie. Aujourd'hui, dans ce contexte, le médecin pourra évaluer les traitements déjà réalisés et considérer l'ivermectine comme une alternative. Néanmoins, à ce jour, ce médicament n'a pas d'indication dans le traitement des poux et ne peut être pris en charge par la sécurité sociale ».

    Dernière mise à jour : 24-06-2015