Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • Angiomes
    Autres malformations vasculaires

    Résumé

    Autres malformations vasculaires

    Angiomes : les autres malformations vasculaires

    Le lymphangiome ?

    Un lymphangiome est une malformation des vaisseaux lymphatiques.

    2 types de lymphangiomes

    Les lymphangiomes macrokystiques se présentent comme des kystes sous la peau de consistance molle. Les localisations préférentielles sont la tête et le cou. La principale complication est la survenue de poussées inflammatoires douloureuses, qui peuvent néanmoins évoluer vers une guérison secondaire.

    Dans les lymphangiomes microkystiques on observe à la surface de la peau de petites vésicules au contenu tantôt translucide, tantôt hémorragique, isolées ou groupées en nappes. Parfois le lymphangiome n'est pas aussi typique, on peut observer simplement une hypertrophie des tissus sans signe cutané. Le traitement des lymphangiomes est difficile, les lésions macrokystiques peuvent être sclérosées ou enlevées chirurgicalement, les lésions microkystiques sont le plus souvent impossibles à traiter de manière définitive.

    Les malformations veineuses et artério-veineuses

    Ce sont des anomalies plus rares

    Les malformations veineuses ou capillaro-veineuses se présentent comme une ou plusieurs tuméfactions bleutées ressemblant à des varices qui augmentent de volume lors des efforts. Elles peuvent être le siège douleurs lors d'épisodes de phlébites (formation d'un caillot dans la veine). Ces malformations sont influencées par les phénomènes hormonaux, il existe souvent une aggravation au moment de la puberté et lors des grossesses. Le traitement des malformations veineuses est difficile, sauf dans les cas où l'anomalie est limitée et accessible à un traitement chirurgical radical. Le plus souvent il est impossible de proposer un traitement définitif et on se contente de gestes partiels de scléroses sur les poches veineuses les plus volumineuses et/ou d'exérèses chirurgicales limitées pour diminuer un volume.

    Les malformations artérioveineuses sont les plus graves. Dans l'enfance elles sont au stade dit « de dormance » et peuvent ressembler à un angiome plan. Les signes qui doivent alerter sont l'augmentation de la chaleur locale et le caractère extensif inhabituel pour un angiome plan. C'est au moment de la puberté que la malformation va augmenter de volume. L'évolution au cours de la vie et en particulier au moment des grossesses est imprévisible, la malformation pouvant se développer et envahir les tissus autour (peau, muscles, voire os). Le traitement est extrêmement difficile et une prise en charge par une équipe multidisciplinaire expérimentée est nécessaire (dermatologues, radiologues et chirurgiens).

    Quelques anomalies vasculaires fréquentes et banales

    Les angiomes stellaires, sont de petites anomalies ou les vaisseaux sont disposés en étoile. Ils sont fréquents à la partie supérieure du corps, en particulier chez les enfants et les femmes, surtout lors de la grossesse. S'ils ne disparaissent pas tout seuls, on peut les traiter par électrocoagulation ou laser.

    Les botriomycomes ou bourgeons charnus, apparaissent assez souvent sur des zones traumatisées (ongles incarnés, blessure…) ou même parfois spontanément. Ils ressemblent à un petit hémangiome infantile. Parfois ils saignent et il faut les enlever et/ou les électrocoaguler.

    Les lacs veineux des lèvres sont fréquents après 60 ans, ils ressemblent à une petite varice sur la lèvre. On peut éventuellement les traiter par laser s'ils ne sont pas trop gros, sinon il faut les enlever chirurgicalement.

    Les tâches rubis sont également très banales sur la peau après 40-50 ans. Ce sont de petites excroissances rouges de quelques millimètres, un traitement par le laser est possible à visée esthétique.

    Les angiokératomes sont plus foncés que les taches rubis, ce sont de petites excroissances rouges très foncé, voire marrons. S'ils apparaissent après 60 ans, en particulier sur les organes génitaux, ils n'ont aucune gravité. En revanche des angiokératomes précoces, avant 20 ans doivent faire évoquer une maladie génétique (maladie de Fabry).

    En effet on essaie de plus en plus de faire des traitements locaux pour les petits hémangiomes afin de limiter le risque d'effet secondaires de la prise orale.

    Dernière mise à jour : 06-07-2017