Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • Thérapies ciblées
    et cancers cutanés

    Thérapies ciblées et cancers cutanés

    Que veut dire thérapie ciblée ?

    Une thérapie ciblée est un traitement qui vise à toucher une cible en particulier. Cette cible dans le cas des cancers doit être caractéristique d’un cancer afin d’aller, grâce au traitement, éliminer spécifiquement les cellules malades et seulement celles là. Ceci les distingue des chimiothérapies conventionnelles qui vont tuer de nombreuses cellules malades et saines et entrainer des effets secondaires néfastes comme la perte des globules blancs ou rouges et des plaquettes par exemple.


    N’y a-t-il qu’une cible par type de cancer ?

    Non selon le type de cancer on peut trouver différentes cibles possibles d’où la nécessité de faire un »génotypage des tumeurs «  dans ces cas là. Ce génotypage consiste à étudier les principales anomalies génétiques susceptibles d’être présentes dans ces cancers afin de donner ensuite au malade le traitement le plus approprié.


    Les thérapies ciblées peuvent elles devenir un traitement de première intention des cancers cutanés ?

    Non le traitement de première intention des cancers cutanés reste avant tout la chirurgie de la tumeur. Les thérapies ciblées s’adressent à des malades pour lesquelles la maladie a trop progressé (métastatique) et pour lesquelles la chirurgie n’est pas possible.


    Est-ce que toutes les tumeurs cutanées peuvent bénéficier de thérapies ciblées ?

    En théorie oui en pratique pas toujours car on ne connait bien que quelques cibles actuellement. Donc seuls les malades chez qui on détecte les cibles connues peuvent en bénéficier. Il n’est pas impossible que cela s’élargissent dans un futur assez proche.


    Quelles sont les principales thérapies ciblées dans les cancers cutanés ?

    Les premières concernent le mélanome avec la démonstration que plus de 50% des mélanomes sont porteurs de mutation du gène Braf et la mise à disposition pour ces patients depuis récemment d’un anti-Braf qui donne un taux de réponse très supérieure (>50%) aux chimiothérapies conventionnelles (<20%). Ce traitement est pris par voie orale. Il a des effets secondaires parmi lesquels, fatigue, douleurs articulaires, photosensibilité et développement de tumeurs cutanées de petite taille de type papillomes, kératoacanthomes ou carcinomes spinocellulaires. Ce médicament allonge également le segment QT et impose une surveillance cardiaque. Les réponses importantes sont malheureusement souvent suivies de résistances pour lesquelles différentes stratégies sont en cours d’étude. Ce médicament devrait être prochainement disponible sur le marché et est actuellement toujours en évaluation. Dans les mélanomes d’autres cibles sont possibles comme la cible cKIT plus souvent retrouvée dans les mélanomes des muqueuses et acrolentigineux. Des inhibiteurs de cKit sont en évaluation pour le traitement des ces mélanomes lorsqu’ils ont progressé au delà du stade chirurgical.Dans les carcinomes basocellulaires, on sait qu’il existe une anomalie de la voie patch/sonic/ hedgehog dans laquelle un élément essentiel peut être ciblé : le gène smo. Depuis un an environ on dispose ainsi d’un anti-smo qui permet de contrôler les formes avancées non opérables ou métastatiques de ces tumeurs.. Pour les carcinomes spinocellulaires la cible visée est le récepteur de l’EGF (un facteur de croissance exprimé par les kératinocytes). Des inhibiteurs de ce récepteur sont disponibles. Leur utilisation dans les carcinomes spinocellulaires cutanés avancés avait déjà été montré à l’échelle de cas isolés. Récemment une étude de phase II a confirmé son intérêt dans les formes inopérables ou métastatiques en monothérapie. Son association à de la radiothérapie ou de la chimiothérapie est également possible.

    Que nous ont apporté les thérapies ciblées par rapport aux chimiothérapies conventionnnelles ?

    Les thérapies ciblées apportent un traitement plus personnalisé, adapté aux anomalies génétiques retrouvées dans la tumeur d’un patient. Ceci garantit un meilleur taux de réponse au traitement et des effets secondaires moins lourds que ceux observés avec les chimiothérapies conventionnelles.

    Dernière mise à jour : 06-07-2017