Ce site utilise des témoins de connexion (cookies) × en savoir +

dermato-info.fr, le site d'information de la société française de dermatologie

  • Insuffisance Veineuse Chronique
    des membres inférieurs

    Insuffisance Veineuse Chronique des membres inférieurs

    Quels sont les symptômes ?

    • Sensation de jambes lourdes s’aggravant en fin de journée
    • Œdème des jambes : surtout les chevilles et les mollets
    • Fourmillement ou sensation d’engourdissement des jambes (impatience ou syndrome des jambes sans repos)
    • Démangeaisons
    • Crampes musculaires
    • Varices visibles, inesthétiques (dilatation veineuse >3mm), parfois douloureuses
    • Coloration brunâtre de la peau (dermite ocre)
    • Coloration blanche de la peau (atrophie blanche)
    • L’Ulcère se crée souvent à la face interne de la cheville ou de la jambe (ulcère variqueux) lorsqu’une insuffisance veineuse n’est pas prise en charge.

    Ces symptômes se majorent :

    • Au cours de la journée
    • Après une station debout ou assise prolongée
    • Par la chaleur (chauffage au sol, bains chauds, Hammam…)

    Ces symptômes s'améliorent' :

    • Le froid
    • La surélévation des membres inférieurs (diminution de la pression)
    • L’exercice physique (activation de la pompe musculaire)
    • La contention-compression veineuse

    Quels sont les facteurs de risque ?

    • Age : dès 30 ans…
    • Obésité
    • Stase veineuse liée au : piétinement, position debout, position assise prolongée
    • Sédentarité
    • Variation hormonale (Grossesse, pilule contraceptive...)
    • Exposition à la chaleur, soleil, bains chauds, chauffage au sol, Hammam
    • Hérédité
    • Sexe : Femme > Homme (1 Femme sur 5 Hommes ; 1 Homme sur 15 Femmes)
    • Séquelle de thromboses des veineuses profondes

    Quelles sont les complications possibles ?

    • Thrombose veineuse superficielle (para-phlébite) : caillot de sang dans une veine superficielle variqueuse
    • Thrombose veineuse profonde (phlébite) : caillot de sang dans une veine profonde avec risque d’extension-migration du caillot et risque d’embolie pulmonaire
    • Ulcère de jambe au stade avancé de la maladie

    Quelles sont les règles hygiéno-diététiques à respecter ?

    • Eviter la station debout statique
    • Eviter l’exposition à la chaleur (Bains chauds, Hammam, saunas, épilation à la cire chaude…)
    • Eviter le port de vêtements trop serrés
    • Eviter les sports qui augmentent la pression veineuse des membres inférieurs (Volley ball, Haltérophilie, tennis, Basket)
    • Lutter contre la sédentarité en pratiquant une activité de physique (natation, vélo, aquagym) et de marche régulière
    • Lutter contre le surpoids
    • Adopter une alimentation équilibrée
    • Porter des chaussures adaptées (pied creux ou pied plat) et éviter les talons (idéalement <5-6 cm)Le port d’une élastocompression reste une des mesures les plus efficaces pour lutter contre l’insuffisance veineuse

    La contention et la compression élastique : un traitement simple, efficace et sûr

    La compression élastique et la contention sont le traitement de base de toute insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs.

    Elles réduisent la dilatation des veines, améliorent le retour veineux, diminuent le volume de la jambe (effet anti-œdème).

    1. La compression élastique : orthèse élastique efficace agissant activement au repos et à l’effort

    La compression élastique est indiquée dans tous les stades de la maladie veineuse chronique.

    Elle exerce une pression active sur la peau et les tissus sous-cutanés par la force des fibres élastiques étirées en permanence à l’effort ou au repos. La compression élastique est active tant qu’elle est en place sur la jambe de jour comme de nuit.


    compression ttt

    Comment ?

    Il existe plusieurs types et classes de compression :

    • des chaussettes (bas jarret)
    • des bas (cuisse)
    • des collants

    Ces types de compression se présentent en quatre classes de compression en fonction de la pression exercée à la cheville :

    • Classe I : 10 – 15 mmHg
    • Classe II : 15 – 20 mmHg
    • Classe III : 20 – 36 mmHg
    • Classe IV : > 36 mmHg

    Comment choisir ?

    Le choix de la classe de compression sera fait en fonction de la sévérité de l’insuffisance veineuse par votre médecin lors de la prescription. Le type sera aussi discuter avec les patients pour une meilleure observance et tolérance.

    • Classe I pour une insuffisance veineuse fonctionnelle
    • Classe II pour un œdème débutant, ou après chirurgie des varices ou sclérothérapie
    • Classe III lorsqu’il existe des plaies (troubles trophiques), un œdème important, une maladie post thrombotique.
    • Classe IV pour l’insuffisance veineuse chronique profonde sévère.

    Il existe des dispositifs « d’enfile  bas » disponible en pharmacie pour faciliter la mise en place de la compression.

    • Elastocompression par bandes au niveau des membres inférieurs
    • Elastocompression par chaussette
    • Enfile bas de compression

    elastocompression enfile bas de compression

    2. La contention : orthèse non élastique efficace et active à l’effort et quasiment inactive au repos

    La contention est indiquée surtout en cas d’ulcères mixtes.

    La contention est liée au peu d’élasticité des bandes, permet d’obtenir une pression uniquement lors de la contraction musculaire (principalement à la marche). Elle assure une résistance passive à l’augmentation de volume de la jambe : elle empêche l’œdème et le gonflement du muscle lors de la contraction. Sur une jambe en repos, une contention inélastique ou peu élastique exerce peu de pression au niveau de la peau et des tissus sous cutanés. La contention est beaucoup mieux tolérée la nuit. A l’effort, lors de la contraction des muscles du mollet, la contention va exercer une pression forte et va permettre d’augmenter la pompe musculaire du mollet et favoriser le retour veineux vers le cœur. La compression élastique est donc active uniquement à l’effort.

    3. Les contre indications

    Les contre indications sont :

    • Artérite des membres inférieurs stade III ou IV
    • Microangiopathie diabétique évoluée
    • Insuffisance cardiaque décompensée
    • Phlébite septique

    contention

    Et les médicaments veinotoniques ?

    Ils peuvent être indiqués en cas de signes fonctionnels  (douleurs, jambes lourdes…): ils n’ont pas d’intérêt en prévention et ils n’ont aucune action sur le diamètre des veines variqueuses.

    La place des veinotoniques dans la prise en charge de l’insuffisance veineuse chronique est marginale. Le service médical rendu de ces médicaments est considéré comme insuffisant dans l’insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs pour justifier une prise en charge par l’Assurance Maladie.

    Et les cures thermales ?

    La cure thermale ou crénothérapie peut apporter une solution supplémentaire chez les patients peu répondeurs aux autres thérapeutiques.

    Les cures thermales sont prises en charge par l’Assurance Maladie si elles sont prescrites par votre médecin traitant ou votre médecin vasculaire. Votre mutuelle remboursera le ticket modérateur des frais thermaux et médicaux.


    Références :

    • CEMV : Collège des enseignants de médecine vasculaire
    • CFCV : Collège français de chirurgie vasculaire

    Dernière mise à jour : 06-07-2017